full-width

  • First Contact: Alien-like Immortals Discovered at Hopewell Rocks

    Millions of people from all over the world have come to explore the sea stacks at Hopewell Cape.  In the Bay of Fundy, the highest tides on Earth create exceptional landscapes, and tidal erosion makes this Amazing Place one of the most unique in the UNESCO-designated Fundy Biosphere Reserve.  The formations at the top of the beach draw much focus, while little attention is paid to the strange creatures that live along the low tide limits.

    Sea Anemone. Photo credit: Kevin Snair

    Recently, Kevin Snair, the supervisor of interpretive services at the Hopewell Rocks and professional photographer, decided to start surveying the most extreme limits of the intertidal zone.  Kevin explains, “Working at the Hopewell Rocks has given me a big responsibility as a knowledge keeper.  When visitors arrive my job is to answer their questions, and that drives me to keep learning more about this place."

    Intertidal Explorer Portrait. Photo credit: Craig Norris

    What Kevin found next to the chocolate coloured, sediment-loaded water, were very alien-like life forms that were not expected this far up the Bay of Fundy.  For years Kevin has been collecting historic photographs of the sea stacks to compare with his own to track erosion.  "If I had a time machine, I'd go back here," he says, "Five hundred years ago it would still be recognisable, but 1000 or 1500 years ago, it would be a different Hopewell Rocks."  He recognises how much this place changes over time and he is well aware that the rocky bumps further down the beach are actually old stumps from sea stacks long ago destroyed by the tide.  It is those very same “stumps” that provide habitat for all the sea life.

    Mother Inlaw. Photo credit: Craig Norris

    One of the primary reasons the organisms he discovered were able to remain largely undetected for so long is the habitat they prefer at the lowest intertidal zone.  Only during spring tides, when the moon and the sun are aligned, do their gravitational forces combine to create the largest tidal range.  This is when the tide recedes far enough to expose these mysterious creatures, but even then, they are only uncovered for 15 to 20 minutes.  For Kevin to explore the lowest intertidal zone at Hopewell, he had to know the tidal cycles very well.  "The clock on my wall at home is actually a tide clock," he remarks.  "Most people don't understand that the moon's gravity is the primary driver of the tides, so the trick is to get to know the patterns of the moon and then you automatically know when the tide will reach its spring range of 14 meters (46 feet)," Kevin explains.

    Sea Stack Stumps. Photo credit: Kevin Snair

    A typical seaweed community covers the old sea stack stumps along most of the beach.  Winkles, whelks, and limpets are some of the creatures Kevin often finds within the knotted wrack and bladder wrack.  It is below this zone where stuff gets really weird.  “Earlier this season I took a group down to do the first ever survey, and that's when we found three species of sea anemones,” reveals Kevin.  “We found red anemones, silver spotted anemones and painted anemones,” he says with a grin.  These species are found elsewhere in the bay, so they aren’t unique, but finding these little gems in the muddy upper bay is a surprise.

    Sea Floor Explorer. Photo credit: Craig Norris

    Sea anemones are relatives of corals and jellyfish, which fasten themselves to rocks using an adhesive foot.  They have venomous tentacles that can fold inside during low tide and in an extraordinary twist, they don’t seem to age.  As long as they are not eaten, poisoned or starved, they could be immortal.  Exposed only on a few of the very lowest tides each month, they usually stay safe and hidden from sight; except for one thing.   When Kevin took us out, we photographed an interestingly patterned piece of sediment on an anemone.  "Once we looked closer, we realised it had legs, eight of them!" exclaims Kevin.  It turned out to be an anemone sea spider feeding on the anemone.  "When we started reviewing other photos on a large computer screen, we found more and more sea spiders camouflaged in the mud around the anemones; they’ve probably been here all along,” says Kevin.

    Sea Floor Explorer. Photo credit: Craig Norris

    Given the chocolate coloured water, it is tough to tell how much further the rock platform extends.  “It might go on for a few meters or a couple hundred before it is buried in mud, but one thing is for sure, there are probably a lot more of these guys beyond the low tide mark,” states Kevin.  Often sea anemones take algae into their bodies to gain energy from photosynthesis in exchange for protecting the algae.  “It is hard to imagine that much light could reach them in this water”, Kevin suggests.  “We do know that a lot of fish like flounders, cod, gasperaux, sturgeon, striped bass, sculpin, dogfish, skates and some others live in these muddy waters too.  There really is a diverse range of life at the Hopewell Rocks."

    Translucent Sea Anemone. Photo credit: Kevin Snair

    While sea anemones can grow quite large in some environments, that isn’t the case here.  “They are really hard to find; kind of like looking for coins scattered over a large muddy beach, other times they hang upside down from rocks” Kevin warns.  "But you should go out with someone who knows what to look for and get down to the water's edge to experience the full range of the tide and hopefully see some special wildlife.  Be careful where you step, though!"

    Sea Spider. Photo credit: Kevin Snair

    Since there are only two spring tides a month, one on the full moon and one on the new moon, that limits the number of opportunities to see the lowest part of the beach uncovered.  Kevin explains, "During each moon, you have several days that might have a low enough tide to expose the sea anemone garden.  With the short window during the slack low tide, there likely isn't more than six total hours a month of exposure.”  That means when you see the full moon or a new moon near the horizon during summer, the sea anemones could be out of the water.

    Silver Spotted Anemone. Photo credit: Kevin Snair

    Despite a large number of people that have been visiting the Hopewell Rocks for centuries, it is not surprising the sea anemones were unknown until Kevin's discovery.  Oral history tells us that Mi'kmaq people visited the Hopewell Rocks each fall during harvest for feasting, dancing, singing and spiritual ceremonies.  Perhaps they had a greater awareness of the life at the intertidal extremes.  They certainly would’ve visited a different Hopewell Rocks many hundreds and even thousands of years ago.  The formations, like the recently crumbled “Elephant Rock” wouldn’t have been formed that long ago.  If it had, it certainly wouldn’t have been referred to as the largest African mammal.  If we could know about the Mi’kmaq view of the long lost rock formations back then, we would likely learn as much about them as today’s names say about our culture in the 21st century; E.T. Rock certainly comes to mind in the age of space travel.

    Hanging Anemone. Photo credit: Kevin Snair

    In our area of the world, along the Bay of Fundy, we have many opportunities to experience unique places like the Hopewell Rocks.  The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada’s 150th birthday.  What better way to celebrate than to spend time on the land visiting the very “Canadian” Amazing Places.

    This article is the first of seven in the Amazing Places Challengeseries.

     

    Financed by The Government of Canada

     

  • Attendez-vous à l’imprévu à Martin Head

    Quiconque a pu se rendre à Martin Head, un site isolé et en pleine nature, se rend compte que bien des gens explorent cet endroit par VTT. Il y a d’autres façons de faire l’expérience de ce Lieu fantastique d’une façon plus intime, mais peu d’options sont aussi mémorables que pagayer en kayak. Notre histoire prend place lors d’une soirée tout à fait extraordinaire, alors que tous ces éléments se produisaient en même temps : un coucher de soleil, une pleine lune, une marée printanière extrêmement basse et un ciel clair, sans vent, sous l’influence d’un anticyclone.

    Banc de gravier de Martin Head lors de la marée basse. Crédit photo : Craig Norris 

    Profitant de cette tranquillité, James Little a invité ses amis à faire du kayak autour du promontoire rocheux de Martin Head pendant l’étale. Le moment était parfait, car les eaux, habituellement agitées, s’étaient apaisées et avaient une allure quasi vitreuse ; c’est comme si un parfait équilibre avait été atteint entre les forces gravitationnelles opposées du soleil qui se couche et de la lune qui se lève.

    James Little pagaie près de Martin Head. Crédit photo : Craig Norris

    La plupart du temps, la baie n’est pas aussi calme qu’en ce moment et elle présente bien des défis à James. « Ce n’est pas tant les marées qui m’inquiètent, mais les courants qu’elles peuvent créer », affirme-t-il. « Dans la plupart des sections de la baie, je dois porter attention au vent, mais il est possible de travailler de concert avec les courants si vous prenez le temps de planifier votre voyage. » Vous devriez bien connaître ce lieu ainsi qu’avoir de l’expérience sur la mer, sinon James suggère : « Allez-y avec un groupe qui a de l’expérience ou apportez un guide avec vous, et assurez-vous de vous renseigner au sujet des conditions qui peuvent se présenter dans la région où vous allez pagayer. »

    James (à l’arrière) et son groupe à Martin Head, suite au coucher du soleil. Crédit photo : Craig Norris
    Pagayer le long de Martin Head. On peut voir l’escarpement de Fundy au loin. Crédit photo : Craig Norris

    Un long tombolo sableux s’étend jusqu’à Martin Head, liant cette île au continent. Cette plage est balayée par de puissantes vagues d’orages qui remontent la baie et les nombreux gradins de plage que l’on aperçoit à cet endroit sont le résultat des tempêtes passées. Le promontoire rocheux déforme les vagues qui le frappent et désoriente le courant, produisant souvent des eaux agitées qui sont difficiles à pagayer. Auparavant, un phare se dressait au sommet du promontoire pour avertir les navires de rester à l’écart de ses rochers dangereux, souvent cachés sous un brouillard épais. Heureusement, aujourd’hui, nous voyons le tempérament doux et invitant de Martin Head. Ce promontoire marque le passage vers un marais d’eau salée protégé, une vallée fluviale accidentée, de vastes plages de galets, de hautes falaises et une forêt de feuillus le long du littoral : toutes des caractéristiques d’un parc tout à fait extraordinaire.

    Martin Head marque le début de l’estuaire de la rivière Quiddy. Crédit photo : Craig Norris

    Bien que nous faisions du kayak à Martin Head pour observer le spectacle astronomique, la baie de Fundy nous réserve toujours des surprises. « La seule chose dont on peut être certain sur les eaux de la baie de Fundy est que deux voyages ne seront jamais les mêmes », déclare James avec certitude. « Et il faut toujours s’attendre à l’imprévu. » Il voit souvent des phoques, des marsouins, des baleines, et, une fois, il l’a même échappé belle après avoir rencontré un grand requin un peu trop curieux. Il dit : « Voyager de cette façon, lentement et silencieusement, vous donne amplement de temps pour voir non seulement les animaux, mais aussi les différents types de roches qui composent les falaises massives, la végétation marine et les lichens, voir même les balanes sur les pièges à poissons, ou l’oursin se déplaçant sur des algues corallinales. » De plus, découvrir la baie en kayak offre des éléments visuels et sonores différents comme : « écouter les vagues frapper contre les falaises ainsi que les roches se replacer sur la plage après le passage d’une vague ou même peut-être les gouttes d’eau s’écouler du haut d’une falaise », explique James. « Ce n’est peut-être pas le type d’expérience qui intéresse tous les gens, mais moi je suis accro. C’est la seule place où, chaque fois que j’y vais, je suis encore plus captivé! »

    Les kayakeurs passent tout près du rocher accidenté de Martin Head. Crédit photo : Craig Norris
    La montée de la pleine lune marque l’arrivée de la prochaine marée haute. Crédit photo : Craig Norris

    « Puisque je suis un amateur de kayak, toute la baie est pour moi un lieu très spécial, y compris Martin Head. C’est sans aucun doute un Lieu fantastique, que vous soyez un amateur de kayak ou de la randonnée ou bien que vous y fassiez simplement un pique-nique », conclut James. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter tous les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada. Quelle meilleure façon de célébrer que de profiter du plein air en visitant des Lieux fantastiques très « canadiens »!

    Cet article est le quatrième de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada

  • Bienvenue au Défi des Lieux fantastiques Canada 150

    La Réserve de biosphère de Fundy offre 50 Lieux fantastiques le long de ses sentiers. Pour souligner le 150e anniversaire du Canada, nous lançons le défi aux gens de bouger et profiter du plein air en visitant tous les Lieux fantastiques. Relevez le défi sur Facebook, Instagram ou Twitter. #AP150Challenge #FundyBiosphere fbramazingplaces.ca

    Vous saurez reconnaître un Lieu fantastique le moment même où vous le verrez… Il se peut que ça soit un paysage si LieuxFantastiques Logo RGBgrandiose et majestueux qu’il vous coupe le souffle. Ou, il peut s’agir d’un lieu qui vous inspire tout simplement à prendre une pause afin de bien savourer chaque instant, un endroit dont la beauté sereine du paysage vous insuffle de l’énergie. Un Lieu fantastique est perçu différemment selon chacun : c'est un endroit mystique, magique, grandiose, bizarre, unique, à couper le souffle ou inspirant, voire une combinaison de toutes ces choses. Mais s'il y a bien une chose que tous les Lieux fantastiques ont en commun, c'est qu'ils racontent une histoire.

    La Réserve de biosphère de Fundy offre une panoplie de magnifiques sentiers ainsi que des destinations encore plus grandioses. La RBF s'est associée à Videoband Productions afin de créer une série de reportages photo qui vous feront voyager à sept Lieux fantastiques et vous inviteront à découvrir des activités hors de l’ordinaire, à rencontrer des aventuriers et à admirer la beauté de chaque paysage au meilleur moment de la journée. La série vous présente des gens locaux bien intéressants qui vous font part de leur activité de plein air préférée dans leur Lieu fantastique préféré. En voyant ces Canadiens faire ce qu'ils adorent, dans les lieux qu’ils adorent, il est difficile de ne pas vouloir faire comme eux. Suivez cette série inspirante de reportages photo et participez au Défi des Lieux fantastiques pour découvrir à votre façon les magnifiques lieux dans cette région et raconter votre propre histoire !

    La série débute avec un reportage vedette sur l'exploration du plancher océanique lors d’une marée basse au parc des rochers Hopewell Rocks. Les gens visitent normalement les rochers marins de Hopewell pour voir comment les plus hautes marées du monde ont érodé le substrat rocheux et transformé cet endroit en un des lieux les plus incroyables sur Terre. Ce qui contribue à l’attrait des rochers Hopewell Rocks est bien plus que le mouvement quotidien des marées, alors nous vous faisons découvrir l'une des choses préférées à explorer à Hopewell de l'interprète Kevin Snair, soit les étranges créatures marines qui vivent le long des limites extrêmes de la plage que la marée basse nous laisse apercevoir de temps et temps.

    Ensuite, nous continuons à mettre pleins feux sur les marées de la baie de Fundy en vous emmenant pour une promenade à vélo sur le plancher océanique de la plage Waterside et des falaises de Red Head. Pour Zoe Levesque et ses amis, les vélos « fat bike » offrent un mode de transport autopropulsé très efficace pour explorer la vaste zone intertidale de la plage Waterside. Faire du vélo sur le sable, le gravier et le fond rocheux rongé par la mer est probablement le moyen le plus amusant qu'il existe pour découvrir le plancher océanique.


    Tout de près de là, à Cap Enragé, vous trouverez un autre Lieu fantastique bien populaire qui reçoit plusieurs visiteurs. Cependant, si vous êtes comme Kevin Snair, vous voudrez explorer tous les coins et recoins de cet endroit pour bien l’apprécier et savourer chaque magnifique moment. Kevin fait cela en se faufilant par-dessus les roches couvertes d'algues du récif de Cap Enragé lors d’une basse marée printanière. Le niveau de l'eau est si bas à ce moment-là que les îles à la toute fin du récif se rejoignent, ce qui vous permet de vous rendre encore plus loin dans la baie.

    Une autre façon de faire l'expérience de la zone intertidale et de se rapprocher de tous ces rochers sculptés par les vagues et de la vie marine qu'ils abritent est de se promener en bateau. Faire du kayak le long du littoral lorsque la mer est calme vous fera découvrir un Lieu fantastique côtier d’un œil nouveau. Voyez comment James Little, un grand amateur de kayak dans la baie de Fundy, fait l'expérience de Martin Head, un endroit mieux connu pour les activités terrestres.

    Le paysage est très différent à l'extrême nord-est de la baie. Vous constaterez cette différence lorsque vous verrez Taylor Crosby, une étudiante de l’Université Mount Allison, et ses amies admirer un magnifique coucher de soleil et une pleine lune après une longue journée de vélo sur la boue des digues de la partie supérieure de la baie de Fundy. La boue peut bien dégouter certaines personnes, mais c’est parce qu’elles ne savent pas comment en profiter pour s’amuser, contrairement à Taylor qui aime « glisser » dans la boue.

    Pour la plupart des gens, s’aventurer dans la boue de la baie de Fundy n'est pas une activité qui figure sur leur liste de choses à faire. L'auteur de cette série de reportages sur les Lieux fantastiques, Ben Phillips, a trouvé une façon de visiter ces beaux endroits sans s’éclabousser ; suffit de partir à l’aventure quand la boue est gelée. Bien que l'hiver puisse poser des défis quant à la sécurité, il vous permet de découvrir de Nouveaux Mondes. Ces Nouveaux Mondes ne sont pas à 39 années-lumière ; ils sont accessibles à quelques centaines de mètres du centre-ville de Moncton.

    De loin, l'activité la plus difficile présentée dans cette série sur les Lieux fantastiques, et aussi la moins connue, est de s'aventurer profondément dans la nature en hiver avec l'instructeur d'escalade Greg Hughes. Greg nous présente de l'escalade de glace de calibre mondial au Nouveau-Brunswick en se rendant en raquettes jusqu’à la gorge de Walton Glen et en faisant de la descente en rappel le long de ses parois dangereusement escarpées. Se rendre à cet endroit présente tout un défi en été ; c'est encore plus difficile lors d'une journée d'hiver froide, glissante et bien périlleuse. Ce type d’aventure, qui peut s'avérer mortelle, est réservée aux professionnels.

    Cette série vous donnera un aperçu des activités que vous pouvez faire dans les Lieux fantastiques, mais peu importe ce que vous faites pendant que vous êtes là, sachez que ces endroits sont tout à fait incroyables en soi et offrent donc à ceux qui veulent tout simplement les explorer à pied une expérience enrichissante. Visitezhttp://www.fundy-biosphere.ca pour obtenir plus de renseignements sur le Défi des Lieux fantastiques ou visitezhttp://fbramazingplaces.ca pour obtenir plus d'informations sur les Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy et connaître leur emplacement. D'autres réserves de biosphère de l'UNESCO à travers le Canada adoptent maintenant elles aussi le concept des Lieux fantastiques pour vous aider à découvrir les joyaux cachés du Canada.

    Financé par le gouvernement du Canada
  • Big Tires and Big Tides at Waterside Beach

    If the water were about ten degrees warmer, Waterside Beach would be over-run with people. Fortunately, the cool Bay of Fundy water has kept this place relatively undiscovered. With about 400 hectares of sea floor exposed during low tide, Waterside Beach, Red Head Cliffs and Dennis Beach combine to form the largest non-mudflat tidelands on the Bay of Fundy. Too much to see in one low tide by foot.

    Zoe bikes by the tide sculpted, Redhead. Photo credit: Craig Norris

    The newest and most fun way to cross this mega-tidal landscape is by fat-bike, and that is what Zoe Levesque and her friends did one summer evening. Zoe should be a fat-bike salesperson as she loves telling people how cool they are. "I feel like a kid driving a monster truck when I'm riding a fat-bike," she remarks, "They are so easy and comfortable to ride, not intimidating, and the big, low-pressure tires will roll over almost any surface.”

    Zoe (right) and her friend Roxy (left) roll over the sand at Waterside beach. Photo credit: Craig Norris

    During the most extreme low spring tides, the beach at Waterside will extend nearly a kilometre from the shoreline, exposing a soft sandy plane etched with ripples by the ebbing tide. As the water level falls, the bedrock shore-platform becomes accessible to the west, allowing you to reach the point of Red Head. Here barnacle fields, intertidal pools, wave-sculpted rocks, resting seaweed forests and soaring, red cliffs offer an alternative tideland. Beyond that, Dennis beach is strewn with the wave sorted cobbles, sands and silts washed from the glacial bluffs looming over the beach berms. Zoe had a mind-blowing experience at each type of sea floor, but she asserts, “The red rocks at Red Head are the most fascinating, it's like being on Mars and reminds me of the Hopewell Rocks."

    Fat-bikers bike on cobbles below the cliffs at Red Head. Photo credit: Craig Norris

    The coastline of this area is underlain by soft, red, Triassic sandstones and conglomerates with the cathedral-like cliffs at Redhead offering the best exposure of these 230 million-year-old rocks. Formed during the evolution of the early dinosaurs, these cliffs are now being carved down into a large wave-cut bedrock platform with the perfect relief for fat-biking.

    Zoe explores the bedrock platform. Photo credit: Craig Norris

    Cycling by high beach dunes, crossing swift creek channels, dropping off steep-sided barrier bars, racing across sand planes, powering over boulders, hustling down platform transitions, rolling across cobble berms, and skirting wave-sculpted cliff bases are some of the highlights Zoe and her fat biking friends have come to this place to find. "Fat-bikes pump up your confidence to ride all these tidal features, but what is really different about biking the ocean floor is that you make your own trail and you decide what it goes over," explains Zoe, "Just make sure your trail stays off the sea life."

    Craig Harper circles the soft, undercut red Triassic rocks. Photo credit: Craig Norris

    The intertidal zone is where fat-bikes were meant to take riders, and this is the unique experience that Zoe can't get on any other type of bike. The world's highest tides provide ocean floor access that makes the Bay of Fundy a fat-biker's paradise. Despite the self-propelled power these bikes give their riders, Zoe warns, “Don’t rely on anyone, each person should be knowledgeable about the tides because you can get trapped against the cliffs. It's not a good place to be on an incoming tide."

    Riding the Red Head Platform at sunset. Photo credit: Craig Norris

    At Amazing Places like this, Zoe exclaims, “A perma-smile is guaranteed!” The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada’s 150th birthday. What better way to celebrate than to spend time on the land visiting the very “Canadian” Amazing Places.

    This article is the second of seven in theAmazing Places Challengeseries. 

    Financed by The Government of Canada
  • Un premier contact avec des créatures étranges et immortelles aux rochers Hopewell

    Des millions de personnes de tous les coins du monde ont exploré les rochers marins à Hopewell Cape. Dans la baie de Fundy, les plus hautes marées du monde créent des paysages exceptionnels et l'érosion fait de ce Lieu fantastique un des endroits les plus uniques de la Réserve de biosphère de Fundy de l'UNESCO. Les formations rocheuses au sommet de la plage attirent bien les regards des visiteurs, alors que peu d'attention est accordée aux créatures étranges qui vivent le long des limites extrêmes des plus basses marées.

    Si vous savez où poser votre regard à Hopewell Cape, il se peut que vous trouviez des créatures gélatineuses bien surprenantes.
    Crédit photo : Kevin Snair

    Récemment, Kevin Snair, superviseur des services d'interprétation du parc des rochers Hopewell Rocks et photographe professionnel, a décidé d’étudier les limites extrêmes de la zone intertidale. Il explique : « Travailler au parc des rochers Hopewell Rocks me donne une grande responsabilité en tant que gardien du savoir. Quand les visiteurs arrivent, mon travail consiste à répondre à leurs questions et cela me pousse à continuer à en apprendre davantage sur cet endroit. »

    Kevin Snair au parc des rochers Hopewell Rocks. Crédit photo : Craig Norris

    Ce que Kevin a trouvé à côté de l'eau chocolat remplie de sédiments est des formes de vie très étranges qu’on ne trouve habituellement pas si loin à l’intérieur de la baie de Fundy. Depuis plusieurs années, Kevin collectionne des images historiques des rochers marins pour les comparer avec ses photographies afin de suivre l’évolution de l’érosion. « Si j'avais une machine à remonter le temps, je reviendrais ici », dit-il. « Il y a cinq-cents ans, ce lieu serait encore reconnaissable, mais 1 000 ou 1 500 ans auparavant, il s’agirait d’un parc des rochers Hopewell Rocks bien différent. » Kevin reconnaît à quel point ce lieu se métamorphose avec le temps et il est bien conscient du fait que les bosses plus loin sur la plage sont en fait les vestiges de rochers marins ayant depuis longtemps subi l’érosion. Ce sont ces mêmes roches qui servent d’habitat à la vie marine.

    Kevin Snair à côté du rocher surnommé « belle-mère ». Crédit photo: Craig Norris

    L'une des principales raisons pour lesquelles les organismes qu'il a découverts n’avaient pas été trouvés avant maintenant est qu’ils préfèrent un habitat situé dans la zone intertidale des plus basses marées. Les plus grandes variations au niveau de la hauteur des marées se produisent seulement au printemps lorsque la lune et le soleil sont alignés et combinent leurs forces gravitationnelles. C'est alors que la marée sort assez loin pour dévoiler ces créatures mystérieuses, mais elles ne sont visibles que pendant 15 à 20 minutes. Pour que Kevin puisse explorer la zone intertidale des plus basses marées à Hopewell, il a dû se familiariser avec le cycle des marées. « L'horloge sur mon mur à la maison est en fait une horloge qui indique les marées », remarque-t-il. « La plupart des gens ne comprennent pas que la gravité de la lune est le principal moteur derrière les marées, alors si vous connaissez bien les phases lunaires, vous saurez quand la marée atteindra au printemps une hauteur extrême d’environ 14 mètres (46 pieds) », explique Kevin.

    Vues d’en haut, des bosses, vestiges d'anciens rochers marins qui se sont écroulés, sont très évidentes.
    Crédit photo : Kevin Snair

    Une communauté typique d'algues recouvre les vestiges de rochers marins le long de la plupart de la plage. Bigorneaux, buccins et patelles sont quelques-unes des créatures que Kevin trouve souvent dans l'ascophylle noueuse et le fucus vésiculeux. C'est au-dessous de cette zone où les choses commencent à être vraiment bizarres. « Plus tôt cette saison, j'ai apporté un groupe de gens pour faire une toute première étude visuelle du site et c'est ainsi que nous avons trouvé trois espèces d'anémones de mer », révèle Kevin. « Nous avons repéré des anémones
    « tomates de mer », des anémones à points blancs, et des anémones de noël, dit-il avec un sourire. Ces espèces se trouvent ailleurs dans la baie, donc elles ne sont pas uniques, mais la découverte de ces petits joyaux dans la boue de la partie supérieure de la baie est une surprise.

    À mi-chemin sur la plage, Kevin Snair étudie les vestiges de rochers marins. Crédit photo : Craig Norris

    Les anémones de mer ont un lien de parenté avec les coraux et les méduses. Comme ces derniers, elles se fixent aux roches à l'aide d'un pied adhésif. Elles ont des tentacules venimeux qui peuvent se replier à l’intérieur de leur corps lors de la marée basse et, encore plus surprenant, elles ne semblent pas vieillir. Si elles ne sont pas consommées, empoisonnées et qu’elles ne meurent pas de faim, elles peuvent vivre indéfiniment. Visibles seulement lors de quelques-unes des plus basses marées chaque mois, elles restent habituellement à l’abri et en sécurité ; mais, il y a tout de même un élément qui peut les nuire. Quand Kevin nous a apporté avec lui pour une promenade, nous avons photographié un morceau de sédiment bien intéressant sur une anémone. « Quand nous l’avons examiné de plus près, nous avons réalisé que ce sédiment avait des pattes, en faite, huit ! » s'exclame Kevin. Il s’agissait d’une araignée de mer qui se nourrissait de l'anémone en question. « Quand nous avons commencé à étudier d'autres photos sur un grand écran d'ordinateur, nous avons trouvé de plus en plus d'araignées de mer camouflées dans la boue autour des anémones ; elles étaient probablement ici tout ce temps », dit Kevin.

    Kevin Snair photographie des anémones de mer lors d’une marée basse. Crédit photo : Craig Norris

    Étant donné que l’eau a une teinte brune comme du chocolat, il est vraiment difficile de dire combien plus loin la plateforme de roche s'étend. « Elle pourrait s’étendre quelques mètres ou quelques centaines de mètres plus loin avant qu'elle ne soit enterrée dans la boue, mais une chose est certaine, il y a probablement plusieurs anémones au-delà des limites de la marée basse », déclare Kevin. Souvent, les anémones de mer abritent des algues dans leur corps pour gagner de l'énergie par la photosynthèse ; en échange, elles protègent ces algues. « Il est difficile d'imaginer que les rayons de lumière peuvent les atteindre à travers cette eau », suggère Kevin. « Mais nous savons que plusieurs espèces de poissons comme la plie, la morue, le gaspareau, l'esturgeon, le bar rayé, le chabot, le chien de mer, la raie et d'autres vivent elles aussi dans ces eaux boueuses. Il y a vraiment un éventail varié de formes de vie marine au parc des rochers Hopewell Rocks. »

    Les rayons du soleil le matin atteignent une anémone semi-transparente, quasi-fantôme.
    Crédit photo : Kevin Snair

    Alors que les anémones de mer peuvent croître pour attendre des dimensions assez grandes dans certains environnements, ce n'est pas le cas ici. « Elles sont vraiment difficiles à trouver; c’est un peu comme repérer des pièces de monnaie éparpillées sur une longue plage boueuse ; et, parfois, elles sont suspendues à l'envers des roches  », avertit Kevin. « Vous devriez explorer avec quelqu'un qui sait ce qu'il faut chercher et descendre au bord de l'eau si vous souhaitez faire l’expérience des marées et voir sa faune extraordinaire. Mais, faites bien attention où vous mettez les pieds ! »

    Cette anémone de mer de couleur rouge, surnommée « tomate de mer », a un parasite, soit une araignée des anémones.
    Crédit photo : Kevin Snair

    Comme il n'y a que deux grandes marées printanières par mois, une lors de la pleine lune et une lors de la nouvelle lune, cela limite l’accès à la partie la plus basse de la plage. Kevin explique : « Pendant chaque pleine et nouvelle lune, il y a plusieurs jours pendant lesquels la marée pourrait être assez basse pour que vous puissiez voir le jardin d'anémones de mer. Lors de la marée basse, il n'y a probablement pas plus que 6 heures au total où les anémones sont visibles. Ainsi, quand vous voyez la pleine lune ou une nouvelle lune en été, sachez que les anémones de mer pourraient être à l’extérieur de l’eau. »

    Une anémone à points blancs renfermée, au-dessus de l’eau à marée basse. Crédit photo : Kevin Snair

    Malgré le grand nombre de gens qui visitent les rochers Hopewell depuis des siècles, il n'est pas étonnant que les anémones de mer ne fussent pas connues avant la découverte de Kevin. L'histoire orale nous dit que les Mi'kmaq visitaient les rochers Hopewell chaque automne pendant la récolte pour des festins, de la danse, des chants et des cérémonies spirituelles. Peut-être qu'ils avaient une plus grande conscience des formes de vie qui existent dans les limites extrêmes des zones intertidales. Les rochers Hopewell qu’ils auraient visités étaient bien différents, plusieurs centaines et même, plusieurs milliers d'années passés. Les formations rocheuses, comme celle surnommée l' « éléphant » qui s’est récemment effondrée, existent depuis pas très longtemps. S’il existait auparavant, ce rocher n'aurait certainement pas porté le nom du plus grand mammifère africain. Si nous pouvions connaître l’explication Mi'kmaq des formations rocheuses perdues depuis longtemps, nous en apprendrions probablement autant au sujet de leur culture que les noms d'aujourd'hui nous en disent sur notre culture du 21e siècle ; le rocher « E.T. » vient certainement à l'esprit dans cette ère d’exploration spatiale.

    Cette anémone de mer est suspendue à l’envers d'une roche, presque mal à l’aise, en attendant que la marée revienne.
    Crédit photo : Kevin Snair

    Nous avons de nombreuses occasions de découvrir des endroits uniques comme le parc des rochers Hopewell Rocks dans notre région du monde, le long de la baie de Fundy. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter tous les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada. Quelle meilleure façon de célébrer que de profiter du plein air en visitant des Lieux fantastiques très « canadiens » !

    Cet article est le premier de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada.

     

  • Elegant Violence: Ice Climbing Walton Glen Gorge

    When people drive through New Brunswick on route to somewhere else, ice climber Greg Hughes says, “You are certainly going to miss a lot of great things.” One of those things is world class ice climbing, which catches many people by surprise, and rightfully so. Don’t you need to go to the Rockies or a mountainous region to do that? The answer is a definite no! 

    Greg Hughes climbing some fantastic New Brunswick ice. Photo credit: Craig Norris

    Greg Hughes has been climbing ice for 12 years, and he spends the majority of his ice climbing time in New Brunswick. Of course, he has climbed elsewhere, like Nova Scotia, Quebec, New Hampshire and as far away as the Wind River Range in Wyoming, but why travel when one of the frontiers of the sport is right here?

    Despite the lack of high elevation often associated with ice climbing, New Brunswick has ample cliffs and sufficient conditions to produce vertical ice, although that doesn’t necessarily result in world class climbing; only special places can do that.

    Walton Glen Gorge is a place that special. It contains the Eye of the Needle and is a gorge so spectacular most people cannot believe they are still in New Brunswick when they first step foot within its protected boundaries. Greg discovered it like many others; he first heard of it by word of mouth, then hiked into it while backpacking the Fundy Footpath. To Greg, Walton Glen is so special he can’t stop coming back. In fact, he recently admitted, "In regular life, Walton Glen is often on my mind.” It is rare that a place can consume thoughts like that, but I can also admit to having spent an inordinate amount of time contemplating the mysteries of that Amazing Place.

    The Eye of the Needle in Walton Glen Gorge. Photo credit: Craig Norris

    Ice climbing only began in the gorge some 25 years ago. Greg explains, “This place was first discovered as an ice climbing destination around 1992 with the first ascent of a well frozen Walton Glen Falls, another route below Eye of the Needle, and maybe a few others.” According to Greg as time went on the number of frozen routes discovered rose to over a dozen. "When I first came here, I followed the guide book, and while searching for climbs I found some new ones that weren't recorded," he reports. Sometimes he would go in on his own, which wasn’t safe for climbing anything difficult, so he’d just explore. Greg reveals, “Over time I found more and more climbs and completed the first ascents with a loose group of local climbers. Now we're up to about 30 climbs, and we're still finding new ones, some four pitches high." He continues, "We found some this morning, and we found some last time, but there are likely only a few left to discover and climb in Walton Glen. In Little Salmon River Gorge, just over the ridge, there are probably another 12 or more just waiting to be discovered, that is the real frontier at this point.”

    “Alaska Flashback” in Little Salmon River Gorge with Luc Gallant climbing and Greg belaying from the base. Photo credit: Craig Norris

    A valid question on first hearing this story would be, why has it taken 25 years to find these climbs and how can more remain undiscovered? The answer is relatively simple. Walton Glen Gorge is a remote wilderness environment, it is tough to move around, and it has a lot of vertical or very steep surfaces covered in ice. “Getting to climbs, you have to move from the plateau into the valley and maybe cross the brook. This is dangerous, if you fell-in there would be a risk of hypothermia, and an evacuation if you get hurt or in trouble...it would be really tough to get out,” Greg asserts. Surrounded by towering cliff ramparts, no cell reception to call for help, a commonly unploughed road, and plenty of falling ice and unstable rock; this place is categorically hazardous.

    Travelling the river on the approach. Photo credit: Craig Norris

    The second reason for such a prolonged period of discovery is the relatively small numbers of ice climbers and the nature of the ice. Greg ponders, “The ice is so ephemeral, it comes in for a period of time, but it could melt and reform several times in one season, the season is short, and you have to be there at the right time." Scientifically the formation and quality of ice are dependent on many variables. Temperatures swing diurnally from day to night, warm fronts and cold fronts push through, clouds can obscure the sun, and the sun increases in angle and intensity over the winter. Physical characteristics also affect temperature, like darker rocks attracting more solar radiation or the southern aspect of cliffs versus north-facing, the latter of which stay cooler in the shadows. The wind can contribute to freezing or rapid thawing, while the type and intensity of precipitation can also play a role, acting as an insulator or a defrost process. The dynamic nature of ice is part of the attraction, Greg adds, “The medium of ice has so many variations, types, consistencies and formations; it never stays the same.”

    The climbing route known as “French Immersion” was particularly well developed on this day.
    Greg climbs and Ben Phillips belays. Photo credit: Craig Norris

    I was lucky enough to be invited to tag along with Greg on several occasions. The first time we descended a steep, slippery gully into Walton Glen, crossed the rapidly flowing brook, and scaled a steep approach to reach the Sea Monster. This short but stout climb was only discovered the previous season, and Greg let a few of us give it a try. The experience was intense but exhilarating, especially knowing so few had the chance to climb the Sea Monster due to the fact its first ascent was so recent.

    On our second field excursion, Greg was winter camping on a March Break, multi-day trip and I met him and his friend Sam there. Luckily the snow was firm from recent rain, and I was able to fat bike in, over the road, then through the forest directly on the hard snow to the edge of the gorge; these were exceptional travel conditions. I scrambled down a steep and slippery gully to catch Greg and Sam finishing the first ascent of Elegant Violence. This three pitch, 70+ m (230 ft) tall by about one meter wide, staggering icicle had been on Greg’s hit list for years, and I was lucky enough to see its first climb. Their first day back they were only able to get the climb started, Greg recalls, “Monday we headed back to EV hoping for the send. Sam led the first pitch. I started up the second pitch, and things were going well until I got to the 4th bolt. The dry-tooling was very steep, and the tool placements were crap. I ended up pumping out and pulling on draws to get to the anchor. It is probably M9 through the crux. The third pitch was fantastic. That narrow runnel of ice turned out to be superb climbing."

    “Elegant Violence” is the thin line of white ice in the center of this 70 m sheer cliff. Photo credit: Ben Phillips

    Ice climbing Elegant Violence, or any climbing in Walton Glen, is extreme. It is doubtful this place will ever become over-run with a new wave of aspiring climbers, winter camping in the backcountry and braving the elements to attain a climbers-rush and sense of accomplishment. However, it is incredible to know that New Brunswick does have relatively untapped ice climbing locations that can rival alpine conditions.

    Samuel Jones reaches the top of “Elegant Violence,” 65 meters of ice now below him. Photo credit: Ben Phillips

    There are few ice climbers among us, but it is not as difficult as it sounds. If you are interested, Greg recommends, “Try to get involved. Take an ice climbing course. Or you could start by going with an experienced climber for a day. Find an ice climbing mentor or a group to go with. Ascent NB does ice climbing schools for rock and ice climbing that are open to the public.” If you like beautiful landscapes, challenging conditions and big rewards, ice climbing might be for you. Greg clarifies, “I love the movement of climbing, the problem solving, the challenges, setting goals and generally being outside in winter is where I want to be."

    Greg confidently enjoying a lead climb up the route known as “Fiddler on the Roof.”. Photo credit: Craig Norris

    Accessibility to Amazing Places varies, but there is something for everyone, even the most capable among us. The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada’s 150th birthday. What better way to celebrate than to spend time on the land visiting the very “Canadian” Amazing Places.

    This article is a feature and the final of seven in the Amazing Places Challengeseries. 

    Financed by The Government of Canada
  • « Elegant Violence »: escalade de glace dans la gorge de Walton Glen

    Si vous ne faites que passer à travers le Nouveau-Brunswick en route pour vous rendre ailleurs, « vous allez certainement manquer plusieurs choses formidables », dit l’alpiniste de glace Greg Hughes. Une de ces choses est de l’escalade de glace de calibre mondial, ce qui, bien entendu, étonne la plupart des gens. Ne doit-on pas se rendre dans les montagnes Rocheuses ou une autre région montagneuse pour faire ce sport ? La réponse est non, décidément !

    Greg Hughes fait de l’escalade de glace depuis 12 ans et il consacre la majeure partie de son temps à pratiquer ce sport au Nouveau-Brunswick. Bien sûr, il a fait de l’escalade ailleurs, comme en Nouvelle-Écosse, au Québec, au New Hampshire et aussi loin que la chaîne montagneuse de Wind River au Wyoming, mais pourquoi voyager quand il est possible de dépasser les limites du sport, ici, chez soi ?

    Malgré le fait que la topographie du Nouveau-Brunswick n’offre pas les hautes altitudes que l’on associe à l'escalade de glace, elle présente quand même plusieurs falaises ainsi que les conditions adéquates pour produire de la glace à la verticale, bien que ces deux aspects n’équivalent pas nécessairement à de l’escalade de glace de calibre mondial. Seuls des endroits extraordinaires sont capables d’un tel exploit.

    Crédit photo : Craig Norris

    La gorge de Walton Glen est un de ces endroits extraordinaires. Cette gorge contient le site « Eye of the Needle » (une paroi rocheuse) et elle est si spectaculaire que la plupart des gens qui franchissent ses limites protégées ne peuvent pas croire qu'ils sont toujours au Nouveau-Brunswick. Greg a découvert ce lieu comme plusieurs autres ; il en a d'abord entendu parler, puis l’a vu pour la première fois lors d’une randonnée sur le sentier pédestre de Fundy. Walton Glen est un lieu tellement extraordinaire aux yeux de Greg qu’il ne peut ne pas s’arrêter d’y revenir. Il admet que « Walton Glen occupe bien souvent mes pensées dans ma vie de tous les jours. » Il est rare qu'un endroit puisse nous obséder comme ça, mais je peux moi aussi avouer avoir passé une quantité excessive de temps à contempler les mystères de ce Lieu fantastique.

    Crédit photo : Craig Norris

    On pratique de l'escalade de glace dans cette gorge depuis seulement 25 ans. Greg explique : « Cet endroit a été découvert pour la première fois comme destination d'escalade glaciaire en 1992. On y a mené une première ascension des chutes gelées de Walton Glen, puis une ascension sous « Eye of the Needle » et peut-être quelques autres. » Selon Greg, au fil du temps, le nombre de voies d’escalades découvertes a augmenté à plus d'une douzaine. « Quand je suis arrivé ici, je me suis fié au guide et, en cherchant des voies, j'ai trouvé de nouvelles options qui n'avaient pas été enregistrées », rapporte-t-il. Parfois, il était seul, et comme cela n’était pas sécuritaire pour des ascensions difficiles, il explorait ailleurs. Greg révèle : « J'ai trouvé de plus en plus de voies, et j'ai complété ma première ascension avec un groupe d’alpinistes locaux. Jusqu’à présent, nous avons complété une trentaine d’ascensions et nous trouvons toujours de nouvelles voies d’escalade, certaines ayant quatre sections. » Il ajoute : « Nous en avons trouvé d’autres ce matin et nous en avons trouvé lors de la fois auparavant, mais il ne reste probablement que quelques-unes à découvrir et grimper à Walton Glen. Dans la gorge de la rivière Little Salmon, juste au-dessus de la crête, il y a probablement 12 voies d’escalades ou plus qui pourraient être découvertes, c’est pour l’instant, l’ultime frontière. » 

    Crédit photo : Craig Norris

    Une question valable que l’on pourrait se poser lorsque l’on entend cette histoire pour la première fois est la suivante :

    « Pourquoi a-t-il fallu 25 ans pour explorer ces voies d’escalade et comment est-ce possible qu’il y en ait d’autres qui ne sont pas encore découvertes ? » La réponse est relativement simple. La gorge de Walton Glen est une région sauvage bien isolée. Il est très difficile de se déplacer à l’intérieur de ce lieu ayant plusieurs surfaces verticales très escarpées et recouvertes de glace. « Pour accéder aux voies d’escalade, vous devez premièrement vous rendre depuis le plateau jusqu’à la vallée, et ensuite traverser le ruisseau. C'est dangereux. Si vous tombez dans le ruisseau, vous risquez l’hypothermie ainsi que le besoin de vous faire évacuer si vous êtes blessé ou en difficulté... Vous aurez vraiment de la difficile à vous en sortir », affirme Greg. En effet, cet endroit présente des aspects qui le rendent tout à fait périlleux : de hautes falaises, aucun signal cellulaire pour appeler les secours, une route généralement enneigée, des chutes de blocs de glace et des roches instables.

    Une deuxième raison qui explique pourquoi il a fallu autant de temps pour découvrir l’escalade glaciaire dans cet endroit est une combinaison de deux choses, soit le fait qu’il y a très peu d’alpinistes qui pratiquent l’escalade glaciaire ainsi que la nature de la glace comme telle. Greg explique : « La glace est éphémère, elle est là pendant une certaine période, mais elle peut fondre et se réformer plusieurs fois en une saison. De plus, la saison est courte et vous devez être là au bon moment. » La science nous apprend que la formation et la qualité de la glace dépendent de nombreuses variables. Les températures oscillent chaque jour du matin au soir, les fronts chauds et fronts froids se succèdent, les nuages peuvent cacher le soleil, et l’angle et l’intensité des rayons du soleil augmentent au cours de l'hiver. Des caractéristiques physiques affectent également la température : les roches foncées attirent plus de chaleur et l’orientation des falaises joue un rôle (celles orientées vers le nord versus le sud sont plus froides, car elles sont à l'ombre). Le vent peut contribuer à la congélation ou à la décongélation rapide de la glace alors que le type et l'intensité des précipitations agissent comme un isolant ou un procédé de dégivrage. La nature dynamique de la glace fait partie de l'attrait du site, selon Greg. « La glace a plusieurs variations, types, consistances et formes ; elle ne reste jamais la même. »

    Crédit photo : Craig Norris

    J'ai eu la chance d’accompagner Greg à plusieurs reprises. La première fois, nous avons descendu un ravin bien à pic et très glissant pour nous rendre dans la gorge de Walton Glen, puis nous avons traversé un ruisseau au courant rapide et monté sur un roché bien escarpé pour nous rendre au mur de glace « Sea Monster ». La voie d’escalade que nous avons empruntée fut assez courte, mais tout de même très exigeante. Elle avait seulement été découverte lors de la saison précédente et Greg a laissé quelques personnes parmi notre groupe l’essayer. L'expérience fut bien intense, mais tout à fait exaltante, surtout puisque nous savions que peu de gens avaient eu la chance d’escalader le « Sea Monster » auparavant - sa première ascension était bien récente.

    Lors de notre deuxième aventure, j’ai rencontré Greg et son ami Sam qui profitaient du congé du mois de mars pour faire quelques jours de camping hivernal. Heureusement, la neige était ferme à cause de la pluie récente et j'étais capable de faire du vélo « fat bike » sur la route, puis sur la neige à travers la forêt pour me rendre au bord de la gorge. C’était des conditions de voyage exceptionnelles. Je me suis précipitée en bas d’un ravin juste à temps pour voir Greg et Sam terminer la première ascension d’« Elegant Violence ». Ce mur de glace ahurissant est plus de 70 mètres (230 pieds) de haut par environ un mètre de large et sa voie d’escalade est répartie entre trois longueurs. Greg rêvait de l’escalader depuis bien longtemps et j'ai eu la chance de voir la toute première ascension. La première journée, ils ont seulement été en mesure de commencer l’ascension. Greg raconte : « Lundi, nous sommes retournés à Elegant Violence en espérant pouvoir accomplir l’ascension. Sam était responsable de la première longueur. J'ai commencé la deuxième longueur et tout allait bien jusqu'au moment où je suis arrivé à la 4e broche. Nous faisions du « dry-tooling » sur une pente très raide et les endroits où nous pouvions agripper nos piolets-traction et nos crampons n’étaient pas bons. J'ai fini par me fatiguer et j’ai dû tirer sur les dégaines pour me rendre au point d’ancrage. Cette voie est probablement cotée M9. La troisième voie par contre était magnifique. Monter ce petit filet de glace s'est avéré être une superbe escalade. »

    Crédit photo : Ben Phillips

    Faire de l'escalade glaciaire sur le mur de glace « Elegant Violence », ou toute escalade de glace dans la gorge de Walton Glen, est un sport extrême. Il est douteux que cet endroit soit un jour surpeuplé, voyant une nouvelle vague d’alpinistes arriver en faisant du camping sauvage en hiver et bravant les éléments pour franchir la gorge et ressentir l’euphorie et le sentiment d’accomplissement que procure une ascension. Cependant, il est incroyable de savoir que le Nouveau-Brunswick possède des lieux pour l’escalade de glace relativement inexploités qui peuvent rivaliser avec les milieux alpins.

    Crédit photo : Ben Phillips

    Il y a peu d’alpinistes qui pratiquent l’escalade de glace parmi nous, mais ce sport n'est pas aussi difficile qu’il en a l'air. Si vous êtes intéressés, Greg a quelques conseils à donner : « Essayez de vous impliquer. Suivez un cours d'escalade de glace. Ou bien, vous pouvez commencer par accompagner un alpiniste expérimenté pendant une journée. Trouvez un mentor ou un groupe d'escalade glaciaire. Ascent NB offre des cours d'escalade, soit l'escalade sur roche et sur glace en hiver, qui sont ouverts au public. » Si vous aimez découvrir de beaux paysages ainsi que faire face à des conditions difficiles et être bien récompensés pour vos efforts, l'escalade de glace pourrait vous intéresser. Greg explique : « J'aime le mouvement de grimper, la résolution de problèmes, les défis, la fixation des objectifs. De plus, j’aime être dehors en hiver. »

    Crédit photo : Craig Norris

    L'accessibilité aux Lieux fantastiques varie, mais il y en a pour tous les gouts, même les plus habiles parmi nous. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter tous les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada. Quelle meilleure façon de célébrer que de profiter du plein air en visitant des Lieux fantastiques très « canadiens » !

    Cet article est l’article vedette ainsi que le dernier de sept de la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada
  • Expect the Unexpected at Martin Head

    For anyone who has been able to reach the wilderness of Martin Head, you will know that many people experience it by ATV. There are other ways to gain a more intimate connection to this Amazing Place, but perhaps none as profound as paddling by kayak. This story takes place on a special evening, during a simultaneous sunset, a rising full moon, a spring low tide, and a dominating high pressure, clear, windless sky.

    Gravel bar at low tide in Martin Head. Photo credit: Craig Norris

    In this moment of calm James Little has brought his friends out to kayak around Martin Head during slack tide. The timing was perfect as the often turbulent waters off the point had settled to a near glassy state, as if a position of perfect balance had been reached between the opposing gravitational forces of the sinking sun and ascending moon.

    James Little paddles by Martin Head. Photo credit: Craig Norris

    Normally the bay is not this serene, and James has challenges to contend with. “It’s not so much the tides, but the currents they can create,” asserts James, “ I find on most sections of the bay I’m more concerned with the wind, but if you take a little time to plan your trip, you can make the currents work for you.” Knowledge and experience are necessities; otherwise, James suggests, "Go with a group that has experience or get a guide, and be sure to have an understanding of the conditions that can exist in the area you are going to paddle.”

    James (background) and his group after sunset at Martin Head. Photo credit: Craig Norris
    Paddling by Martin Head with the Fundy Escarpment in the distance. Photo credit: Craig Norris

    A long tombolo beach reaches out to Martin Head, tying the island to the mainland. This beach is blasted by powerful storm waves travelling up the bay, and recent storm history can be read in the storm berms pounded into the beach. The durable and sharp headland bends waves and the tidal current around itself, often producing confused waters which are difficult to paddle. In days gone by a proud lighthouse stood atop the headland to warn ships to stay away from its dangerous rocks, which are often covered by thick fog. Luckily today we are experiencing the gentle and inviting temperament of Martin Head. This headland marks the entrance to a sheltered tidal marsh wetland, a rugged highland river valley, extensive cobble beaches, high cliffs and coastal hardwood forests; all the characteristics of an epic park.

    Martin Head marks the entrance to Quiddy River Estuary. Photo credit: Craig Norris

    Although we were kayaking Martin Head to witness the astronomical transition, the Bay of Fundy usually has surprises in store. “The one thing you can be sure of on the bay is no two trips will ever be the same,” states James with certainty, “And to always expect the unexpected.” He often has close encounters with seals, porpoise, whales, and even had one close call with a large, curious shark.  He says, “Travelling slow and quite allows you time to see not only big wildlife, but the different types of rock that make up the massive cliffs, sea grasses and lichens, even barnacles on a weir post, or an urchin moving over some coralline algae.”   The experience of the bay from a kayak offers a different set of sights and sounds such as, “Listening to the swell smuck up against the cliffs, the beach rock resettling after a wave, or maybe the surface water dripping from a high cliff,” explains James.  “It might not be everybody’s thing, but it’s mine. It’s the one thing that every time I go, I get more hooked!”

    Passing by the rugged Martin Head. Photo credit: Craig Norris
    The rise of the full moon marks the coming rise of the tide. Photo credit: Craig Norris

    “As a kayaker, I hold the entire bay as a special place, including Martin Head. It's definitely an Amazing Place, whether you’re a kayaker, a hiker, or just out for a picnic,” James concludes. The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada’s 150th birthday. What better way to celebrate than to spend time on the land visiting the very “Canadian” Amazing Places.

    This article is the fourth of seven in the Amazing Places Challengeseries.

     

    Financed by The Government of Canada
  • Gros pneus et grandes marées à la plage Waterside

    Si l'eau était environ dix degrés plus chaud, la plage Waterside serait surpeuplée. Heureusement, les eaux froides de la baie de Fundy ont aidé à garder cet endroit relativement inconnu. Ensemble, la plage Waterside, les falaises Red Head et la plage Dennis forment le plus grand estran qui n’est pas vaseux dans la baie de Fundy et elles donnent accès à plus 400 hectares de fond marin lors de la marée basse. Il y a bien trop de choses dans ce lieu à explorer en une marée basse - impossible de tout voir à pied !

    Zoe se promène à vélo près de Red Head, un rocher sculpté par les marées. Crédit photo : Craig Norris

    Une nouvelle et amusante façon de traverser ce paysage façonné par de gigantesques marées est de se promener à vélo « fat bike », et c'est ce que Zoe Levesque et ses amis ont décidé de faire lors d’une soirée d'été. Zoe serait une bonne vendeuse de vélos « fat bike », car elle adore vanter les mérites de ces derniers. « Quand je conduis un fat bike, je me sens comme si je suis un enfant en train de conduire un camion géant », raconte-t-elle. « Ces vélos sont faciles à conduire et bien confortables ; ils ne sont pas du tout intimidants, et leurs gros pneus à basse pression vous permettent de rouler sur presque n’importe quel terrain. »

    Zoe (à droite) et son amie Roxy (à gauche) roulent sur le sable de la plage Waterside. Crédit photo : Craig Norris

    Au printemps, lors des plus basses marées, la plage Waterside s'étend à près d'un kilomètre du littoral, exposant ainsi une plaine sablonneuse gravée par les vaguelettes de la marée descendante. Au fur et à mesure que le niveau d'eau baisse, la plateforme rocheuse du littoral devient accessible à l'ouest, permettant d'atteindre la pointe du rocher Red Head. Ici, des champs de balanes, des mares d'eau intertidales, des rochers érodés par les vagues, des forêts d'algues et d’impressionnantes falaises rouges forment un estran bien unique. Plus loin, la plage Dennis est parsemée de galets rejetés par les vagues, ainsi que de sable et de dépôts de limon provenant des falaises arrondies datant de la dernière période glaciaire quisurplombent les bermes de la plage. Zoe est étonnée par chaque scène que présentent ces différents types de fond marin, mais, selon elle : « Les rochers rouges à Red Head sont les plus fascinants ; c'est comme être sur Mars et ils me rappellent les rochers Hopewell. »

    Des gens font du vélo « fat bike » sous les falaises de Red Head. Crédit photo : Craig Norris

    Le littoral de cette région, dont le sol est composé de grès rouge datant du Trias, se confond aux immenses falaises de Red Head ; c’est l’endroit par excellence où l’on peut admirer ces rochers vieux de 230 millions d'années. Formées au tout début de l’ère des dinosaures, ces falaises sont constamment érodées et abattues ; leurs vestiges forment une plateforme rocheuse sculptée par les vagues et dont le terrain est parfait pour le vélo « fat bike ».

    Zoe explore la plateforme rocheuse. Crédit photo : Craig Norris

    Se promener à vélo le long de hautes dunes de plage, traverser des ruisseaux au courant rapide, descendre des barres escarpées, traverser des plaines sableuses à toute vitesse, passer par dessus des blocs rocheux, naviguer les transitions entres des plateformes, rouler sur des bermes de galets et contourner des falaises sculptées par les vagues de la mer sont parmi les points culminants d’une telle aventure qui ont attiré Zoe et ses amis à faire du vélo « fat bike » dans cet endroit.« Les vélos fat bike  vous donnent la confiance nécessaire pour rouler sur un tel terrain accidenté, mais ce qui est vraiment différent avec faire du vélo sur le plancher océanique, c'est que vous faites votre propre chemin et que vous décidez où et sur quoi vous voulez rouler », explique Zoe. « Mais faites bien attention d’éviter d’abimer la faune et la flore aquatique. »

    Craig Harper contourne des rochers rouges et relativement tendres qui datent du Trias. Crédit photo : Craig Norris

    Les vélos « fat bike » ont justement été conçus pour apporter les gens dans ce type d’environnement, soit une zone intertidale ; il s’agit d’une expérience tout à fait unique que Zoe ne pourrait pas vivre avec les autres types de vélo. La baie de Fundy est un vrai paradis pour les amateurs du « fat bike » grâce à ses marées les plus hautes du monde qui donnent accès au plancher océanique. Malgré l’élan autopropulsé que ces vélos donnent à ceux qui les conduisent, Zoe avertit : « Ne comptez pas sur les autres, chacun doit se familiariser avec les marées, car vous pouvez vous coincer entre les falaises. Vous ne voulez pas être dans un tel endroit lorsque la marée remonte. »

    À vélo sur la plateforme de Red Head lors d’un coucher de soleil. Crédit photo : Craig Norris

    Dans des Lieux fantastiques comme celui-ci, « vous aurez un sourire perpétuel aux lèves », dit Zoe. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada. Quelle meilleure façon de célébrer que de profiter du plein air en visitant des Lieux fantastiques très « canadiens » !

    Cet article est le deuxième de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada.

  • L'ultime frontière de Moncton en hiver : descendre dans le creux de la rivière Petitcodiac pendant le gel

    Le parc du Mascaret le long de la rivière Petitcodiac est désigné comme un Lieu fantastique de la Réserve de biosphère de Fundy, car il s’agit d’un endroit parfait pour observer le mascaret. Récemment, des surfeurs nous ont fait découvrir une nouvelle facette de la rivière, et comme je n’aime pas trop la boue, j'ai décidé de trouver une autre façon de l'explorer, soit descendre dans le creux de la rivière lors de la marée basse quand ses berges boueuses sont gelées.

    La rivière Petitcodiac pendant le gel : un paysage de « chocolat » et de glace. Crédit photo : Craig Norris

    Presque tous les gens à qui je raconte cette histoire pensent que je suis insouciant et que j’ai mis ma vie en danger. Il ne faut pas mal m'interpréter, la peur est bien justifiée lorsque vous faites de la raquette sur le chenal de la rivière Petitcodiac en mi-février avec une température ressentie de -29 °C, mais ce genre d’activité peut être menée en toute sécurité. Si vous vous habillez pour vous protéger du froid, couvrez votre peau (bien entendu), enfilez des raquettes spécialement fabriquées pour être utilisées sur la glace et avez en main de bons bâtons, vous êtes bien équipés. Peut-être encore plus important, vous devriez vous familiariser avec l'environnement. Pouvez-vous croire que je suis en train de décrire un endroit au beau milieu d'une ville ?

    Raquettes avec crampons dentelés, fabriquées pour la randonnée alpine. Crédit photo : Craig Norris

    Au début de l'hiver, la rivière se construit des murs de glace un peu comme nous bâtissons des murs de briques. Elle emprisonne des blocs de glace le long de ses berges à chaque marée. Ces blocs de glace se fixent au bas de chaque côté du chenal et la répétition de ce processus construit un mur de glace de plus en plus haut : la rivière remplit même les trous du mur avec de la boue pour cimenter le tout. Ainsi, le chenal de la rivière se munit de murs de glace solides.

    Mur de glace très escarpé d’un chenal secondaire de la rivière Petitcodiac. Crédit photo : Craig Norris

    En dépit des murs de glace abrupts, dans les courbes du chenal de la rivière, il y a habituellement de la boue gelée qui est accessible lors de la marée basse et qui forme donc une espèce de plateforme de glace bien solide. Si vous êtes capables de trouver un passage pour vous y rendre depuis les berges, vous pouvez facilement descendre sur la plateforme de glace et commencer à explorer.

    À l'intérieur d'une courbe de la rivière, le fond du chenal est gelé, très solide, et donc accessible. Crédit photo : Luc Perrin

    Il ne faut que 2,5 heures à la marée pour remplir la rivière et 2,5 heures pour la vider à nouveau. Cela laisse le chenal de la rivière vide pendant 7,5 heures à chaque cycle de marée. Pendant ce temps, des températures froides (pensez -20 °C) peuvent bien solidifier les murs et les surfaces de glace, ce qui les rend sécuritaires. Toutefois, en quittant la rivière, la marée peut laisser de minces et fausses surfaces de glace dissimulant des cavités parfois remplies d'eau. Des bancs instables de neige fondante et de boue peuvent également s'accumuler sur les berges. Si vous évitez de vous aventurer dans ces endroits, et que votre prise est bonne et que vous faites preuve de bon jugement, vous n’avez pas trop à vous inquiéter.

    Contourner une mince surface de glace qui pourrait dissimuler une flaque d’eau non gelée. Crédit photo : Craig Norris

    Les jours froids, l'eau de la rivière est plus chaude que l'air et elle émet constamment un peu de vapeur. Cette vapeur crée du givre sur les surfaces de tout ce qui fait face à la rivière. Il y a plusieurs caractéristiques intéressantes des cristaux de glace à découvrir le long de la rivière les jours froids.

    Cristaux de givre. Crédit photo : Ben Phillips

    Puisque l’eau de la rivière est froide, glacée, et plus dense en hiver, le passage du mascaret est un peu moins bruyant qu’à l’habitude. Tout de même, le changement de direction de l'écoulement des eaux est facilement perceptible lorsque le mascaret arrive, indiquant qu'il est temps de quitter le chenal.

    Avec l'arrivée du mascaret, il faut vite remonter au sommet du mur de glace pour éviter des ennuis. Crédit photo : Craig Norris

    Lorsque vous passez du temps hors de la vue sur la plateforme inférieure de glace, vous avez le sentiment d’être en pleine nature. Il n'y a aucun signe de vie et c'est un paysage tout à fait sauvage et extrême ; vous imaginez que vous explorez des glaciers. Quand, enfin, vous levez votre regard au-dessus des berges en remontant le mur de glace, vous êtes étonnés de vous retrouver en pleine ville.

    Exploration d'une « crevasse » avec Moncton en arrière-plan. Crédit photo: Craig Norris

    L'hiver offre l’occasion de découvrir des paysages extraordinaires. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada et parfois, il est préférable de visiter ces lieux lorsqu’ils sont glacés.

    Cet article est le sixième de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques

    Financé par le gouvernement du Canada
  • Monstre de la boue : randonnée à vélo sur le marais de Tantramar

    La plupart des gens jugent la boue que l’on trouve un peu partout dans la partie supérieure de la baie de Fundy moins attrayante que ses zones rocheuses ou sablonneuses. En général, tout ce qui se rapporte à la boue est désapprouvé à partir du moment où l’on apprend à marcher, de sorte que les vasières et les chenaux boueux de la partie supérieure de la baie sont un peu méprisés. Nous voulons changer cette perception ; c’est pourquoi nous avons invité Taylor Crosby, une étudiante de l'Université Mount Allison et quelques-unes de ses amies à explorer la boue au meilleur moment de la journée, et à partager des histoires à ce sujet.

    Chenal boueux et vieux quai le long de la rivière LaPlanche Crédit photo : Craig Norris

    Nous avons fait du vélo sur les digues d’Aulac en fin d’après-midi lors d’une journée d'automne. Taylor explique : « Pourvu qu’il n’y ait pas trop de vent, les digues offrent une excellente façon de découvrir le vaste marais de Tantramar et elles vous mènent jusqu'au littoral. » Notre destination était le Lieu fantastique sur la digue près de Fort Beauséjour ; depuis cet endroit, nous pouvons apercevoir et admirer l'axe de la baie. Dans les Maritimes, de vastes espaces ouverts comme celui-ci sont le seul moyen d’avoir un aperçu du paysage typique à ciel ouvert des prairies. C'est pourquoi nous sommes venus ici ; nous voulions profiter d’un magnifique coucher de soleil sur le terrain boueux du bassin de Cumberland vide «  à marée basse.

    Coucher de soleil sur la rivière Aulac. Crédit photo : Craig Norris

    Les derniers rayons de soleil de la journée scintillants à travers les champs et les herbes du marais sont une vue magnifique, mais c’est la boue qui éblouit encore plus Taylor. « Elle est humide, brillante, elle est couverte de motifs causés par le cycle d’inondation et d’assèchement, elle a une topographie intéressante et elle a plusieurs couleurs grâce à la réflexion de la lumière du ciel, mais c'est encore plus que cela », dit-elle. « L'odeur du marais salé, de la boue et de l'argile, c’est tellement cool, c’est vraiment un beau paysage. » Le spectre complet de la lumière qui rayonne sur la boue humide et les herbes rend la scène absolument hypnotique avec sa panoplie de couleurs.

    Une digue donnant sur le bassin vide de Cumberland, quelques instants après le coucher du soleil. Crédit photo : Craig Norris
    Les poteaux d’un ancien quai sont toujours visibles, alors que le ciel se reflète dans la boue. Crédit photo : Craig Norris

    Tout en savourant la scène devant moi, je demande à Taylor si elle a déjà fait du mud sliding, soit jouer et glisser dans la boue. Elle me répond sur un ton défensif : « Ne le critiquez pas si vous ne l’avez jamais essayé ! » Taylor, elle, a adoré son expérience de mud sliding. « Vous pouvez glisser en bas des rives jusqu’à l’eau, il suffit de ne pas rester en un seul endroit trop longtemps et de ne pas vous aventurer dans l'eau trop profonde », avertit-elle. Outre tout le plaisir, Taylor dit que remonter les pentes boueuses est une véritable séance d'entraînement et qu’il est bien difficile de se nettoyer après une telle activité. « Vous espérez qu’il y aura une personne généreuse à proximité qui vous prêtera son tuyau d’arrosage, sinon vous allez vous transformer en un monstre de la boue tout en vous promenant dans les rues pour vous rendre à la maison », a-t-elle averti.

    Taylor et Anna ,après avoir fait du « mud sliding ». Crédit photo : Sylvan Hamburger

    Alors que je me tiens sur le bord des terres endiguées et que j’écoute l'histoire de mud sliding de Taylor, il me semble à-propos de rappeler qu’il a fallu environ 7 000 années d'élévation du niveau de la mer dans la baie de Fundy pour construire ces vasières et ce marais. Selon les échantillons recueillis dans le marais, cette digue repose sur plusieurs couches de boues, soit 35 mètres au total ; assez pour enterrer complètement un bâtiment de 10 étages. Nous nous sentons comme de minuscules tâches dans ce paysage, ici seulement pour un court lapsus de temps. Plusieurs sentiers de portage importants ont passé à travers le marais de Tantramar et il est intéressant de penser à comment différent ce paysage aurait été pendant que les Mi'kmaq y auraient observé des couchers de soleil semblables depuis leurs camps il y a des centaines ou même des milliers d'années.

    Taylor savoure les derniers moments de la journée. Crédit photo : Craig Norris

    Une fois la nuit tombée, la pleine lune s'est levée pour éclairer notre chemin. « Faire du vélo sous la pleine lune sur les digues est une belle expérience ; il n'y a pas de pollution lumineuse ici, l'air est frais, et les reflets se transforment en ombres », décrit Taylor. « De plus, le fond marin a l’air bien étrange sous les reflets de la lune. »

    Le bord du marais de Tanramar à marée basse sous la pleine lune. Crédit photo : Craig Norris

    La baie de Fundy offre plusieurs occasions inédites de découvrir des paysages étranges et exaltants. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada.

    Cet article est le cinquième de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada
  • Mud Monster - Riding the Tantramar Marshes

    Most people find the muddy upper Bay of Fundy less appealing than the rocky or sandy areas of the bay.  Mud, in general, is disapproved of from the time you learn how to walk, so the mudflats and silty channels of the upper bay are not well regarded.  We are looking to change that, which is why we enlisted Mount Allison University student Taylor Crosby and some friends to visit the mud at the best possible time and trade some stories about it.

    Muddy stream channel and old wharf on the LaPlanche River. Photo credit: Craig Norris 

    We biked out late on a fall afternoon, across the Aulac dykes, Taylor explains, “As long as it is not too windy, the dykes are a great way to experience the expansive Tantramar dyke lands, and they take you right up to the coastline." Our destination was the Amazing Place on the dyke near Fort Beausejour, where we can gaze directly down the axis of the bay.  In the Maritimes, wide open spaces like this are the only way to get a little taste of the big prairie sky.  This is why we have come, to take in an epic open sky sunset during low tide over the mud of the empty Cumberland Basin.

    Sunset on the Aulac River. Photo credit: Craig Norris

    The last rays of sunshine beaming through the fields and marsh grasses are a glorious sight, but Taylor is much more taken by the mud.  "It is wet, shiny, covered in drainage patterns, unusual topography and it reflects the sky’s light back in so many colours, but it is more than that,” she says, “the smell of the salt marsh, the mud and clay, it is so cool, such a beautiful scene.”   The full spectrum of light raining down on the wet mud and cord grasses makes the scene absolutely hypnotic with its fully saturated palate of colours.

    Moments after sunset from the dyke overlooking an empty Cumberland Basin. Photo credit: Craig Norris
    Muddy stream channel and old wharf on the LaPlanche River. Photo credit: Craig Norris

    While taking in the view, I ask Taylor if she has ever been mud sliding.  She has a defensive response, "Don't knock it until you try it!"  Taylor is a person who loved her mud sliding experience, "You can slide all the way down to the water, just don't stand in one place too long and don't go in the water too deep," she warns.  Besides all the fun, Taylor says it is a workout climbing back up the mud, and it is a challenge to get clean.  "You hope for a nearby generous person who'll lend you their hose; otherwise it turns into mud-monsters marching home through the streets,” she cautions.

    Taylor and Anna after mud sliding. Photo credit: Sylvan Hamburger

    Standing on the edge of the dyke lands listening to Taylor’s mud-sliding story, there seems like no better time to discuss the 7000 years of sea level rise it took the Bay of Fundy to build these mudflats and marshlands.  According to cores drilled in the marshes, this outer dyke location sits on 35 meters of mud layers; enough to completely bury a ten story building.  We feel like tiny specks on this landscape, standing here for a short flash in time.  Several important portage routes came through the Tantramar Marshes, and it is interesting to think about how different this landscape would have been as the Mi'kmaq watched similar sunsets from their campsites here hundreds or even thousands of years ago.

    Taylor soaks in the last moments of the day. Photo credit: Craig Norris

    While day changed to night, the full moon rose behind us to light our way back.  “Biking under a full moon on the dykes is beautiful in a different way, there is no light pollution out here, the air is cool, and the reflections have turned to shadows,” Taylor describes, “And the sea floor is such a weird place under the moonlight."

    The Edge of the Tanramar Marshes at low tide under the full moon. Photo credit: Craig Norris

    The Bay of Fundy has many hidden opportunities to experience strange and exhilarating landscapes.  The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada's 150th birthday.

    This article is the fifth of seven in the Amazing Places Challengeseries. 

    Financed by The Government of Canada
  • Se ruer vers le récif de Cap Enragé lors du coucher du soleil pour observer les marées

    Cap Enragé et son phare se dressent comme des sentinelles, surplombant la baie de Chignecto, dans la partie supérieure de la baie de Fundy. Ce sont les violents coups de vent traversant le passage étroit d’eau au cap qui ont, en partie, donné à ce lieu son nom. Un autre aspect qui a inspiré le nom de ce site est son récif accidenté qui se prolonge près de trois quarts de kilomètres dans la baie. Nous sommes en compagnie de Kevin Snair aujourd’hui et nous allons encore une fois nous ruer pour observer la mer descendre et dévoiler son fond marin lors de l’une des plus basses marées printanières causées par la pleine lune.

    Le récif de Cap Enragé lors d’une marée basse printanière. Crédit photo : Kevin Snair

    Selon Kevin, Cap Enragé est un lieu très différent du parc des rochers Hopewell Rocks où il travaille comme superviseur des services d'interprétation, mais peut-être pas comme vous l’imaginez. Hopewell est connu pour ses rochers marins tandis que Cap Enragé est connu pour son phare, ses falaises et son récif, mais, selon Kevin « il y a tellement plus de couleurs à Cap Enragé ; l’eau ne contient pas les sédiments lourds qui donnent à Hopewell son apparence brune comme du chocolat et monotone. » Ce commentaire est, en fait, un point bien important puisque cette caractéristique a des répercussions sur la vie marine dans ce lieu.

    Kevin examine une flaque d’eau éphémère laissée par la marée descendante à Cap Enragé. Crédit photo : Craig Norris

    Les forts courants dans la baie transportent les sédiments plus loin que Cap Enragé et les rejettent au large là où l'eau est plus calme. Ces courants, ainsi que le récif, furent le fléau des capitaines de bateau pendant l'ère de la voile. « Bien que les marins de cette époque fussent à l’aise avec l'environnement et les marées, ce récif a dû leur donner l’impression d’être une longue mâchoire aux dents pointues ne voulant rien de mieux que de casser leurs voiliers en minces morceaux de bois, tels des cure-dents », imagine Kevin.

    Le récif responsable du naufrage de plusieurs voiliers. Crédit photo : Craig Norris

    Pendant la marée basse, nous avons amplement de temps pour explorer ce récif accidenté dont les formes prend l’allure d’une colonne vertébrale, et nous y découvrons plus de 25 hectares de lits d’algues luxuriants et plus bas, des millions de balanes collées aux roches et dont se nourrissent des hordes de buccins affamés. Nous pouvons aussi y voir occasionnellement des champs de mousse d’Irlande de couleur vert foncé et pourpre ainsi que de la dulse, mais seulement lors des marées les plus basses pour un court lapsus de temps. Il s’agit de deux espèces comestibles.

    Des buccins et des balanes se font la guerre. Crédit photo : Craig Norris

    Kevin n'est pas seulement ici pour explorer l'écosystème, mais aussi pour étudier le flux et le reflux des marées dans une région de la baie ayant un débit d’eau parmi les plus rapides. L’étale ne dure pas longtemps, la marée descendante se transforme vite en une marée montante, telle une inondation. En quelques minutes, les cours d'eau inondent la connexion qu’ont les îles récifales au littoral. Le bruit de l’eau qui s’accumule sur un côté du récif et se déverse à travers les rochers brise le silence ; vous entendez de nombreux courants d’eau fusionner, créant de puissantes ondes sonores. C'est un endroit où vous ne voulez pas vous abandonner ou laisser vagabonder votre esprit trop longtemps en regardant la scène. Si loin dans la baie, vous êtes entourés d’eau et vous vous sentez bien vulnérable. « Quand la marée monte, vous ressentez l’urgence de la situation, c’est comme si la baie vous fait savoir qu’elle ne veut plus que vous soyez là », explique Kevin. « Le temps commence à presser, et vous devez y prêter attention ou bien vous serez pris. »

    Kevin étudie la zone intertidale lors d’une marée basse. Crédit photo : Craig Norris
    La pointe du récif de Cap Enragé lors de l’étale. Crédit photo : Kevin Snair

    Parfois, aller aux extrêmes est la meilleure façon de voir la baie de Fundy d’un autre oeil. Le Défi des Lieux fantastiques encourage les gens à visiter les 50 Lieux fantastiques de la Réserve de biosphère de Fundy pour souligner le 150e anniversaire du Canada. Quelle meilleure façon de célébrer que de profiter du plein air en visitant des Lieux fantastiques très « canadiens » !

    Cet article est le troisième de sept dans la série du Défi des Lieux fantastiques.

    Financé par le gouvernement du Canada
  • Sunrise Scramble: Chasing the Tide at Cape Enrage Reef

    Cape Enrage and its lighthouse stand like sentinels overlooking Chignecto Bay in the upper Bay of Fundy. The bottleneck of water and the rush of wind pushing through the passage at Cape Enrage has, in part, given this place its name. The other characteristic lending serious support to the name is the ragged reef extending nearly three-quarters of a kilometre into the bay. Today we've come with Kevin Snair to again chase the tide to its lowest reaches, heading out-to-sea during the full moon spring range.

    The Cape Enrage Reef on a spring low tide. Photo credit: Kevin Snair

    To Kevin, Cape Enrage is much different then Hopewell Rocks where he works as an interpretation supervisor, but maybe not in the way you’d think. Hopewell is known for its sea stacks while Cape Enrage is known for its lighthouse, cliffs and the reef, but Kevin says, "Cape Enrage is so much more colourful, the water doesn't have the heavy sediment that gives Hopewell its monotone chocolate brown appearance." This is an important observation as it influences the sea life here to a significant degree.

    Kevin peers into an ephemeral tidal pool at Cape Enrage. Photo credit: Craig Norris

    Due to the strong current in the bay, sediment has been transported past Cape Enrage and dumped off where the water calms. This current and the reef were the banes of sea captains during the age of sail. "Although sailors in those days were very in tune with the environment and knew the tides well, this reef must have seemed like a long jaw of sharp teeth waiting to shatter their sailboats into toothpicks,” imagines Kevin.

    The ragged reef that has wrecked many sailing ships. Photo credit: Craig Norris

    Following the spine-like reef out on a low tide, there is plenty of time to explore over 25 acres of “luxuriant” seaweed beds, and below that, millions of barnacles cemented to the rocks grazed by hungry hordes of marauding dog whelks. Only occasionally exposed on the lowest tides for a short time are the dark green and purple beds of Irish moss and dulse; two species commonly used as food.

    Dog whelks versus barnacles. Photo credit: Craig Norris

    Kevin is not only here to explore the ecosystem but to also experience the shifting of the tide in an area of the bay with some of the fastest water flow. Slack water doesn’t last long, the ebb tide quickly turns to a flood tide, and water levels begin to rise. Within minutes the tidal streams start to break the connections of the reef islands from the mainland. The water level builds on one side of the reef and spills through the rocks, breaking the silence as you hear many tidal streams together in an escalating sonic rush of current. This is a place you don’t want to lose track of time or let your mind wonder as you watch the scene. This far out into the bay you feel surrounded by water and extremely vulnerable. "Once the tide has turned, you feel a sense of urgency, like the bay doesn't want you there anymore," explains Kevin, "Your window is closing, and you must pay attention, or you can become trapped."

    Kevin examines the lowest intertidal zone. Photo credit: Craig Norris
    Slack tide at the tip of the Cape Enrage Reef. Photo credit: Kevin Snair

    Sometimes going to the extremes is the best way to gain a new perspective on the Bay of Fundy. The Amazing Places Challenge is encouraging people to get out and visit all 50 Amazing Places in the Fundy Biosphere Reserve to celebrate Canada’s 150th birthday. What better way to celebrate than to spend time on the land visiting the very “Canadian” Amazing Places.

    This article is the third of seven in theAmazing Places Challengeseries.

    Financed by The Government of Canada
  • Welcome to the Canada 150 Amazing Places Challenge

    The Fundy Biosphere Reserve has 50 designated Amazing Places along trails throughout the reserve.

    For Canada’s 150th birthday the FBR is challenging residents and visitors to get active and hike to all theAmazing Places.  When you arrive, take a selfie of the feature or with the sign, and then send them all to the FBR to become a certifiedAmazing Places Challenge finisher.  There are many of them, and some are difficult to get to, so this tremendous challenge could take people years to complete.

    You will know an Amazing Place the moment you see it… It may be a vista so powerful and majestic that it will literally take your breath away.  Or, it may be a scene or a place that will simply cause you to take pause in order to soak it all in, a place where you can draw on a deep well of energy emanating from the serene beauty of the view. An Amazing Place can be different things to different people: mystical, magical, grandiose, bizarre, unique, breath-taking and awe-inspiring, or even a combination of all of these things. It certainly can tell a story.

    Often people forget or sometimes they have no idea of the wide diversity of great trails and even greater destinations we have in this part of New Brunswick.  To inspire would-be Amazing Places Challenge participants, the FBR asked VideoBand to write a series of photo essays about some of their favourite Amazing Places.  The objective was to not only visit them and take some photographs but to think of the most unique activity that could be done at each place and then visit them at the perfect moment.  The result is a series of seven photo essays following interesting local characters celebrating their favourite activities in their favourite Amazing Places.  Once you see these Canadians doing what they love, where they love, it will be difficult not to want to join them!

    The series opens with a feature article on extreme low tide ocean floor exploration at the Hopewell Rocks.  People normally visit the sea stacks in Hopewell to see how the highest tides in the world have carved the bedrock into one of the most amazing places on Earth.  Instead of focusing on what everyone already knows, we take you to one of interpreter Kevin Snair’s favourite things to explore in Hopewell, the strange sea life living at the limits of the ocean floor, only occasionally uncovered by the tide.

    Strange yet beautiful creatures lurk at the low tide limits of Hopewell Cape. Photo credit: Kevin Snair

    From there we continue to highlight the incredible Bay of Fundy tides by taking you along on a fat-bike ride across the ocean floor at Waterside Beach and Redhead.  To Zoe Levesque and her friends, fat-bikes are a very efficient self-propelled way to explore the vast intertidal zone in Waterside.  Biking over sand, gravel and sea-carved bedrock shelves is probably the most fun way to interact with the sea bottom. 

    Exploring the wave-cut rock bench on fat tires at Red Head. Photo credit: Craig Norris

    Nearby at Cape Enrage, you can find another popular Amazing Place that has been discovered by many visitors.  However, if you think like Kevin Snair, you want to explore all the nooks and crannies to find the essence of the place and get every last drop of amazingness.  Kevin does this by scrambling across the seaweed covered rocks on the Cape Enrage reef during a spring low tide.  The water is so low at this time that the islands on the end of the reef become attached so you can get even farther out into the bay.

    Standing at land's end for a brief moment while the tide turns. Photo credit: Kevin Snair

    Another way to experience the intertidal zone and get up close to all those wave-carved rocks and their undersea life is by boat.  Kayaking the coastline in safe conditions can show you an entirely different perspective on a seaside Amazing Place.  We went kayaking with James Little, who is an avid Bay of Fundy kayaker, at Martin Head, a place well known for sea floor activities of a different kind.

    Paddling past a calm and stoic Martin Head. Photo credit: Craig Norris

    The landscape is much different at the far northeastern end of the bay.  So we went dyke biking with Mount Allison University student Taylor Crosby and a few friends for a brilliant sunset and a full moon ride home.  The mud at the upper end of the Bay of Fundy turns some people off, but they don’t know how to make the most of it, unlike Taylor who is a “slider”.

    A big-sky and big-mud sunset biking on the Tantramar dyke lands.

    For many, interacting with the Bay of Fundy’s silty mud is not on their to-do list.  The author, Ben Phillips, has found a way around the mess of the mud when visiting these beautiful places; do it when the mud is frozen.  Although winter can pose some safety challenges, I’ve been able to go to new worlds in the winter.  Those new worlds are not 39 light years away either; they can be as close as a few hundred meters from downtown Moncton. 

    Navigating an ice-wall labyrinth on the frozen Petitcodiac River. Photo credit: Craig Norris

    By far the most challenging Amazing Places activity, but also the least well known, was venturing deep into the winter wilderness with climbing instructor Greg Hughes.  Snowshoeing back to Walton Glen Gorge, then descending the hazardously, steep walls, Greg showed us what world class ice climbing looks like in New Brunswick.  Getting here is an ordeal in the summertime, let alone a cold, slippery and dangerous winter day.  This life-threatening adventure is for professionals only. 

    Repelling back down the frozen Sea Monster ice wall in Walton Glen Gorge. Photo credit: Ben Phillips

    This series will show you just what can be done at the Amazing Places, but no matter what you are doing while you are there, they are just as amazing and offer those on foot just as much adventure.  Visit http://www.fundy-biosphere.ca to get more information on the Amazing Places Challenge or visit http://fbramazingplaces.ca to get more information about the Amazing Places of the Fundy Biosphere Reserve and where you can find them.  Other UNESCO Biosphere Reserves across Canada are now adopting Amazing Places to help you find Canada’s hidden gems. 

     

    This project is funded by the Government of Canada