Projets antérieurs de la Réserve de biosphère de Fundy 

Au cours des cinq dernières années, nous avons réalisé plusieurs projets que nous sommes fiers à réfléchir et à partager avec vous.  Quelques unes de ces initiatives incluent un Forum sur le développement durable pour les municipalités, des ateliers de tourisme durable, la promotion de l'alimentation locale et l'initiative du sentier RBF. Quand le financement nous le permet, on travaille un peu plus sur ces projets. Veillez suivre les liens pour en apprendre plus sur ces projets antérieurs.

Programme de sensibilisation de la RBF

... lire la suite

Cet été, la Réserve de biosphère de Fundy a eu l’occasion de participer dans des festivals, des marchés et des camps d’été à travers la région de la Réserve de biosphère.

Marchés

Sensibilisation1

Pendant plusieurs vendredis et samedis au courant de l’été, l’équipe de la RBF a tenue une table aux marchés de Moncton, Dieppe et Sackville. De l’information a été distribué aux gens voulant en apprendre davantage sur la Réserve de biosphère. Les sujets de développement durable et de conservation ont été discutés, ainsi que les événements et projets prévus. L’histoire de la RBF et le processus de désignation ont également été expliqués. Beaucoup de liens ont été construit entre les gens de la communauté voulant aider avec les efforts de la RBF et l’équipe. Ce groupe de liens comprenaient des citoyens voulant aider avec l’initiative du sentier RBF, des fermiers voulant participer à l’initiative d'alimentation locale, ainsi que des gens curieux qui voulaient simplement suivre le progrès de nos projets. Des plumes, bloc-notes, sacs et T-shirts de la Réserve de biosphère de Fundy ont aussi été distribués et des dons ont été acceptés. En gros, c’était une bonne expérience!

Camps d’été

Mad science, “Try-it” de Riverview, Renardi, Sackville, NB Youth Nature et Académie des sports sont tous des camps qui ont été visités par l’équipe de la RBF cet été. Une présentation sur la Réserve de biosphère de Fundy qui traitait de la vision et des buts de la RBF, ainsi que la désignation, le territoire, le zonage et les résidents à été donné. Des jeunes âgés de 6 à 12 ans ont eut la chance d’en apprendre sur les termes comme le développement durable, la conservation, les écosystèmes et leur importance pour une région spécifique. Des questions environnementales telles que les changements climatiques, l’effet de serre et le réchauffement planétaire ont également été abordés. Des sources d’énergie alternatives et la valeur du recyclage ont aussi fait partie des Sensibilisation2sujets qui ont été discutés, ainsi que l’importance de la préservation de notre héritage, de notre culture, de notre géologie et de notre biodiversité. De plus, les jeunes ont pu exprimer leurs propres opinions et partager leurs connaissances avec leurs amis. Une partie de « Eco-Feud » a été joué durant laquelle les élèves pouvaient évaluer leurs connaissances environnementales. Tout le monde était un gagnant et recevait une plume « cool » de la biosphère fait en bois et en matériaux recyclés. Les jeunes pouvaient ensuite démontrer leurs habilités artistiques en fabriquant un bricolage environnementale en bâtissant une maison d’oiseaux fait à partir de matériaux recyclés ou même des machines à vent afin d’illustrer le pouvoir du vent. Ils pouvaient aussi bouger un peu en jouant le jeu de la chaîne alimentaire ou à la frustration migratoire – histoire des bécasseaux. En gros, les jeunes semblaient aimer l’approche « d’apprendre en jouant » de la RBF et paraissaient vouloir s'impliquer dans les questions environnementales qu’ils auront à faire face en tant que prochaine génération.

Tourisme durable

... lire la suite

Conférence sur le tourisme durable

L'industrie touristique est très prédominante dans cette région, ce qui fait que le tourisme durable est un aspect très important à la RBF sans compter que l'amélioration économique et environnementale viable est une des missions de la RBF. Après plusieurs appels, des rencontres initiales et des courriels, une conférence de tourisme durable fut planifiée. Le but de la conférence était de servir comme lieu de rencontre pour les représentants du gouvernement provincial et municipal ainsi que les opérateurs touristiques et autres organisations afin d'apprendre davantage sur l'idée du tourisme durable et de discuter comment cette idée peut éventuellement devenir une réalité.

Des experts d'autour de la région, ainsi que autres parties du Canada furent identifiés et demandé de donner des présentations à la conférence. Plus notablement fut Gary Clarke, de la Réserve de biosphère de Frontenac Arch en Ontario. Il est reconnu comme étant le fondateur du tourisme durable au Canada et est très actif dans sa communauté en faisant la promotion des initiatives de bas en haut du tourisme durable. Des présentations par des officiels du département du tourisme et de parcs du Nouveau-Brunswick, incluant un discours du ministère ainsi que par des académiciens, et des représentants municipaux et du tourisme furent incorporés dans le programme.

L'événement a eut lieu le 16 et 17 février 2009 au Delta Beauséjour à Moncton. Environ 100 personnes consistant d'officiers séniors et autres membres du département de tourisme et de parcs du Nouveau-Brunswick, des représentants du Atlantic Canada Opportunities Agency, des maires, des représentants des municipalités, des agences de développement économique communautaires (Enterprise Fundy, Southeast, etc.), des entreprises locales, des opérateurs touristiques, des représentants touristiques, des groupes environnementaux et des étudiants ont tous participés à cet événement. Il y avait aussi des gens de la presse, faisant le rapportage dans les deux langues pour la télé, la radio et les journaux locaux.

Le point le plus important de la conférence fut le lancement de la Réserve de biosphère de Fundy par UNESCO et de l'étude Fundy Trail Parkway Business Opportunities Study. Cette étude, mise en point par Enterprise Fundy fut présenté par Harvey Sawler de Forerunner Creative and 2rism Strategies Ltd et se concentre sur les points nécessaires afin de faire une destination touristique première de la partie supérieur de la baie de Fundy. Les 20 recommandations de l'étude sont de principalement créer une charte formelle gouvernant le développement touristique ainsi qu'assigner des rôles dans ce développement afin de coordonner et implémenter l'effort du tourisme durable dans la RBF. Ce document fut officiellement lancé et présenté au honorable Stuart Jamieson, ministère du tourisme et des parcs et Denise Lang, d'Atlantic Canada Opportunities Agency.

La deuxième journée de la conférence était basée sur l'idée du travail en groupe et incluait des participants dans la création d'actions et d'idées afin de favoriser le tourisme durable dans la région. Des présentations furent données par Dr. Keith Dewar (UNBSJ), Gary Clarke, Anne-Marie Weir (Roads to Sea Tourism) and Gerry MacDonell (Eco-efficiency Center in Dartmouth, NS) et ce concentraient sur les thèmes majeurs importants au tourisme durable. À la suite des présentations, les gens se sont divisés en groupes afin de définir les actions prioritaires pour accomplir les buts mentionnés dans les présentations précédentes. Le but de ces sessions en groupes était de ressortir des idées qui seraient le sujet des ateliers sur le tourisme durable futurs.

Chris Aerni du Rossmount Inn à St. Andrews

Le but de la présentation à Mr. Aerni était de fournir de l'information éducative en ce qui concerne l'achat de la nourriture locale. Ça présentation était complémenté en utilisant sa propre héberge dans laquelle il sert de la nourriture locale cultivée de son propre jardin ou provenant des autres établissements locaux afin de remplir son menu de la journée. Mr. Aerni à également souligné plusieurs avantages à l'utilisation de la nourriture locale, soit pour le bien communautaire, la diversification de la cuisine pour les employés, le support des fermier et des pêcheurs ou à l'authenticité de l'expérience touristique. De plus, il a fait la comparaison entre la globalisation de la nourriture et l'achat local. Finalement, il a démontré que l'achat et la consommation de la nourriture locale ne s'agissait non seulement d'une façon à contribuer à la communauté mais aussi comme une façon de conserver notre héritage, notre culture et notre environnement.

Bouctouche's Lessons Learned par Rachelle Collette

Rachelle Collette à partagé avec les membres de l'industrie touristique son expérience avec la conceptualisation du tourisme durable dans la communauté côtière de Bouctouche. Elle a discutée de forces, de faiblesses et de défis qui devaient être vaincu afin d'atteindre leur but. Les 3 approches qu'elle jugeait les plus importants s'agissaient du leadership – créer une vraie vision et une approche réaliste, des ressources – bâtir la coordination et la coopération et finalement une action – employer une approche concentré qui a comme résultat des buts qui seront atteints.

La conférence du tourisme durable fut un succès, non seulement pour la Réserve de biosphère de Fundy mais également l'industrie touristique de la région. L'idée du tourisme durable a été acceptée par les participants puisque c'est un point essentiel au développement économique de la région. La formation de nouveaux réseaux, de projets et d'idées fut le résultat de la conférence.

Une série d'ateliers afin de promouvoir le message du tourisme durable et de donner l'industrie touristique l'information nécessaire afin de faire des choix environnementales viables pour l'assurance que le développement durable soit impliqué dans l'industrie est présentement en marche. En prenant les idées et vos commentaires de la conférence du tourisme durable, un atelier qui répond à vos besoins à été planifié.Cet atelier sera était le premier de plusieurs que la Réserve de biosphère de Fundy va planifier au courant des prochains mois. Cet atelier a eut lieu le 18 juin 2009 au centre d'activité à Alma. Voici les quatre projets qui ont été lancé pendant l'atelier aux participants de l'atelier.

Certification, signalisation et durabilité

De plus en plus d'entreprises touristiques participent à des vérifications volontairement offertes par des programmes de certification qui accordent une certaine approbation en ce qui concerne les pratiques environnementales et sociales. Les titres associés à ces approbations offrent non seulement un outil de marketing utile pour ces entreprises mais poussent également l'industrie touristique à offrir des services et des produits qui sont respectueux de l'environnement. De plus, ces titres offrent aux consommateurs à faire des choix plus informés. Le succès du tourisme durable dépend alors sur la notion d'un système qui a une norme viable ainsi que sur le degré dans lequel les consommateurs et l'industrie démontrent leur appui. L'objectif de créer un secteur sur le tourisme durable nécessite alors plusieurs niveaux de participation de toutes les parties prenantes potentielles qui se situent dans les communautés à proximité des destinations touristiques. La Réserve de biosphère de Fundy va donc offrir l'opportunité à toutes les parties prenantes impliquées dans le secteur touristique de se réunir afin d'établir des critères pour déterminer le niveau de durabilité des entreprises touristiques de la région.

Initiative de recherche sur le tourisme durable

Les initiatives de recherche ainsi que les activités peuvent jouer un rôle indispensable dans le succès d'une initiative locale. Les institutions universitaires, leurs chercheurs, étudiants et personnel peuventsustainable-tourism assister les communautés et les entreprises locales en leur fournissant des outils, des ressources et l'information nécessaire afin de répondre aux questions et d'accomplir le travail que ces groupes n'auraient peut-être pas la capacité d'achever seuls. Ce travail ne sera pas seulement de produire des recherches de haute qualité mais sera en mesure d'améliorer l'expérience éducative des étudiants afin qu'ils puissent partager leurs connaissances au profit de la communauté en espérant qu'elle puisse en profiter davantage. La Réserve de biosphère de Fundy souhaite appuyer un réseau multidisciplinaire de chercheurs qui aurait la capacité de supporter l'initiative sur le tourisme durable. Cette initiative consiste alors d'une façon de promouvoir la Réserve de biosphère de Fundy comme un laboratoire existant qui favorise la recherche de classe mondiale en appuyant les besoins des communautés locales.

« Saveurs de la Réserve de biosphère de Fundy »

La consommation de nourriture locale est une initiative environnementale et communautaire qui devient de plus en plus populaire. Consommer de la nourriture locale, notamment acheter de la nourriture des marchés locaux réduits significativement le transport mondial de cette nourriture significativement ainsi que l'impact environnemental. De plus, supporter les fermiers de la région représente non seulement un revenu pour la communauté mais aide également au développement de celle-ci. sustainable-tourism2

En ce qui concerne l'industrie touristique, être capable de fournir aux visiteurs des plats uniques à base de produits locaux ajoute davantage à l'expérience globale des touristes. La Réserve de biosphère de Fundy vise à aider l'industrie touristique en les encourageant de préparer des mets traditionnels fait à base d'ingrédients locaux afin de fournir aux visiteurs une expérience authentique. Également, cette initiative aura non seulement un impact positif pour l'industrie touristique mais pour les producteurs locaux et la communauté entière.

Initiative de recherche culturelle et historique

Les communautés à l'intérieur de la Réserve de biosphère de Fundy ont une histoire et une culture unique qui n'ont pas encore été documentés. Il existe de nombreuses histoires chacune ayant des interprétations différentes et certaines qui n'ont aucune information à leur sujet ou encore ou aucune information disponible à documenter. Afin de fournir de l'information précise et détaillée aux visiteurs, dans le but de promouvoir la meilleure expérience possible, un répertoire de renseignements et d'histoires doit être mis sur pied. Cet exercice va non seulement bénéficier l'industrie touristique mais il servira également de ressource indispensable pour la région ainsi qu'un outil éducatif pour la communauté entière.

Sentiers de la Réserve de biosphère de Fundy

... lire la suite

Le sentier trans-canadien est une piste de 21 500 kilomètres qui se faufile dans chaque province ou térritoire au Canada, de l'océan Pacifique à l'Atlantique et à l'Arctique. Une fois complétée, elle sera la grande piste récréative au monde, liant 1000 communautés et au dessus de 33 millions de canadiens. Aujourd'hui, presque 70% (14 500 kilomètres) est terminé. Des milliers de personnes utilisent ce sentier pour faire la marche, la bicyclette, la randonnée, le canotage, la randonnée à cheval et la motoneige.

Le sentier de biosphère de Fundy va bâtir sur la désignation de UNESCO et va devenir un marquis d'expérience en plein air pour les randonneurs et les cyclistes, soulignant le paysage naturel, l'histoire et la culture de la Réserve de biosphère de Fundy. Ce sentier s'agira d'une initiative qui collabore avec les organisations de sentier et les municipalités à l'intérieur de la Réserve de biosphère ainsi qu'avec le conseil provincial des sentiers. Le sentier va lier les communautés de St. Martin jusqu'à Sackville, passant à travers la Réserve de biosphère. Il sera désigné comme sentier transcanadien, mais demeurerait sous la juridiction de chaque conseil de sentier individuel ou municipalité. projets-anterieurs

Vision

De créer un réseau de sentiers à l'intérieur de la Réserve de biosphère de Fundy afin de lier Sackville et St. Martin pour finalement bâtir un marquis d'expérience en plein air et une destination touristique.Discuter avec des organisations de sentiers, de groupes et de municipalités dans une façon collaborative sur un projet coopératif.Développer des enseignes interprétés à travers le sentier soulignant les écosystèmes importants et les points de repère culturels et historiques.Développer un site web interactif qui inclut une carte SIG ainsi que des photos, qui donne également la chance aux visiteurs de télécharger leurs propres photos et de faire des commentaires sur leurs expériences.Développer une piste de bicyclette parallèle au sentier qui souligne les destinations touristiques entre Sackville et St.Martin (incluant les roches Hopewell, Cap Enrage et Mary's Point)

Partenaires communautaires

Nom - Affiliation
Andrew Spring - Réserve de biosphère de Fundy
Jane Murphy - TransCanada Trail
Paul Perkison - Fundy National Park
Poul Jorgensen - NB Trail Council
Lynn Meehan - New Brunswick Tourism and Parks
Alonzo Leger - Fundy Footpath
Brian Clark - Fundy Trail
Rodney Steeves - Dobson Trail
Heather Hawker - City of Moncton
Warren Maddox - Town of Sackville
Guy Gautreau - Village de Memramcook

Actions

Le 1 mai 2008 - Application pour des fonds pour le coordinateur du projet.
Le 8 mai 2009 - Avoir les parties prenantes impliquées dans le projet qui ne le sont pas déjà.
Le 28 mai 2009 - Rencontre avec les parties prenantes.
Le 5 juin 2009 - L'entente coopérative est finalisée.
Le 28 aôut 2009 - Le cadre du plan final est complété.

L'Orignaux de la RBF

... lire la suite

En collaboration avec le Collège de technologie forestière des Maritimes (MCFT) et le parc national Fundy (PNF), la Réserve de biosphère de Fundy (RBF) participe à un projet qui vise à évaluer la population d'orignaux au moyen de relevés aériens effectués dans la RBF et à partager ces données sur la population d'orignaux avec le grand public.

Pour la troisième année consécutive, cette année des relevés aériens ont été réalisés dans la RBF. Les données ainsi recueillies nous aident non seulement à mieux comprendre la situation de l'orignal dans la région, mais les relevés constituent également un important exercice de formation et d'acquisition de connaissances dans la RBF. En définissant et en mettant à l'essai les protocoles de relevés aériens, de même qu'en formant la prochaine génération de biologistes et de techniciens forestiers, nous nous assurons du bien-être de la population d'orignaux pour bien des années à venir.oct2011newIreland.DW

Garantir l'avenir des orignaux dans la RBF ne dépend pas uniquement de la collecte de données exactes sur la population, mais leur avenir repose aussi sur l'intérêt et l'engagement du grand public. Grâce à la contribution monétaire du Fonds de fiducie de la faune du Nouveau‑Brunswick, nous souhaitons par nos programmes d'éducation et d'information atteindre le plus grand nombre de Néo‑Brunswickois possible. À cette fin, nous présentons des exposés aux clubs de naturalistes et de chasseurs, nous visitons les écoles et rédigeons des articles pour tout un éventail de publications à caractère général ou spécialisé. Nous estimons qu'un public informé et engagé est la clé pour assurer la survie de l'orignal dans notre région. Après tout, ce sont nos intérêts sociaux, politiques et économiques qui détermineront la quantité d'orignaux dont nous avons besoin pour maintenir une saine population!

Le rôle écologique de l'orignal

Les orignaux sont de GROS animaux; avec un poids moyen de 350-400kg, ils sont parmi les mammifères terrestres les plus imposants de l'Amérique du Nord, derrière le bison en termes de poids. De façon naturelle, les orignaux jouent un rôle écologique important dans leur environnement, en raison justement de leur énorme taille. Ce rôle peut se définir selon deux angles : le premier en tant que consommateur de l'écosystème, et le second en tant que nourriture pour les autres animaux. L'orignal peut ainsi être considéré comme une espèce intermédiaire qui convertit l'énergie des plantes en une autre forme d'énergie pour les prédateurs et les charognards. En d'autres mots, les orignaux véhiculent l'énergie à travers le réseau alimentaire.

L'orignal consommateur

In tant qu'herbivores, les orignaux consomment une quantité impressionnante de plantes pendant toute leur vie. Pour combler leurs besoins énergétiques, un orignal adulte mangera quotidiennement jusqu'à 30 kg de plantes (1), ce qui représente environ 10 000 calories (1), une quantité énorme en prenant en considération le fait que vous mangez probablement de 1500 à 2000 calories par jour.harwood fed

Les orignaux sont des consommateurs importants de l'écosystème non seulement par la quantité de nourriture qu'ils consomment quotidiennement, mais aussi en raison de la sélection de certaines plantes qu'ils préféreront à d'autres. Cette caractéristique est importante puisque leur préférence alimentaire peut modifier la distribution et l'abondance de certaines espèces de plantes dans l'écosystème forestier. Dans la Forêt acadienne, les orignaux préfèrent les jeunes pousses savoureuses de l'érable, du bouleau et du merisier en été, et du sapin baumier en hiver (2). Les préférences alimentaires de l'orignal peuvent réduire – ou éliminer – la présence de ces espèces dans leur habitat. L'orignal peut donc affecter directement le processus et le schéma de régénération de la biodiversité de la forêt (3).

L'orignal proie

Toute l'énergie des plantes consommées par l'orignal sera éventuellement transférée dans la chaîne alimentaire puisque le mammifère est une importante source de nourriture pour les prédateurs et les charognards. Le plus important prédateur de l'orignal dans la Forêt acadienne – le loup – est depuis longtemps disparu de la région; le dernier loup tué au Nouveau-Brunswick l'a été en 1876. Malgré l'absence du loup dans la Réserve de biosphère de Fundy, les orignaux demeurent des proies pour les ours noirs et les coyotes de la région de biosphère de Fundy qui sont des prédateurs et des charognards (2). coyote at moose carcass

En tant que prédateurs, les ours noirs mangent le petit de l'orignal. Environ dix pour cent des ours noirs du Nouveau-Brunswick mangent de jeunes orignaux malgré le fait que la diète des ours noirs varie d'une région à une autre. Par exemple, dans les environs de Caraquet au Nouveau-Brunswick, quatre-vingts pour cent des ours se nourrissent régulièrement de bébés orignaux. La plupart des bébés orignaux qui sont mangés par des ours ne sont âgés que de quelques jours.

Lorsqu'on les compare aux ours, les coyotes sont des prédateurs de l'orignal moins importants. De rares preuves permettent d'observer une chasse à l'orignal des coyotes malgré le fait qu'il est possible que de jeunes orignaux ou des orignaux malades soient attaqués à l'occasion.

Autant les coyotes que les ours se nourriront de la carcasse d'orignaux; les orignaux morts d'autres causes sont une importante source de nourriture pour ces prédateurs et charognards pendant l'année. En plus des ours et des coyotes, les carcasses d'orignaux nourriront également de nombreux charognards de la Forêt acadienne, notamment le renard, le vautour, le corbeau, la marte et lepékan.

Qu'est-ce qu'une population d'orignaux « vigoureuse »?

En raison du rôle important joué par l'orignal en tant que consommateur et en tant que proie, il est important de maintenir une population d'orignaux vigoureuse dans la Réserve de biosphère de Fundy; cela équivaut à quoi exactement? À quoi ressemble une population d'orignaux vigoureuse? Comme toute bonne question, la réponse n'est pas si simple! Il n'y a pas de chiffre magique; le chiffre d'une population en santé dépend plutôt de l'équilibre entre les besoins biologiques de la population d'orignaux et nos propres intérêts. Puisque nos intérêts sont variés (et parfois conflictuels) et que les besoins biologiques de la population d'orignaux ne sont pas bien compris, définir ce qu'est une population vigoureuse devient donc étonnamment difficile.

Pour commencer, il est nécessaire de se poser la question : combien d'orignaux voulons-nous? Dans le sud du Nouveau-Brunswick, nous voulons assez d'orignaux pour que nos enfants et que les enfants de nos enfants découvrent l'excitation d'apercevoir un original en train de se baigner. Nous voulons assez d'orignaux pour que les chasseurs puissent pratiquer leur sport, et que cet animal demeure l'un des emblèmes du Canada. D'un autre côté, nous ne voulons pas trop d'orignaux qui pourraient être un danger sur nos routes ou pourraient réduire l'espace nécessaire à d'autres espèces. Maintenir une population vigoureuse est donc un véritable équilibre!

Le Nouveau-Brunswick n'a pas d'estimation de population cible d'orignaux. Dans d'autres provinces comme en Ontario (4), la densité idéale pour une population d'orignaux est évaluée de 0,2 à 0,4 orignal/km2. Nous pouvons employer cette valeur pour nous guider dans notre gestion, au moins jusqu'à ce que nous ayons établi notre propre population cible.

Les populations d'orignaux au Nouveau-Brunswick et à la Réserve de biosphère de Fundy

Actuellement, le ministère des Ressources naturelles estime à plus ou moins 30 000 le nombre d'orignaux au Nouveau-Brunswick (5). Ce chiffre représente une estimation et non pas un décompte de la population. Autrement dit, personne ne s'est promené dans les forêts et les boisés de la province pour compter chacun des animaux de cette espèce. Le ministère reçoit de l'information sur les orignaux par l'entremise des chasseurs et par le nombre de bêtes abattues chaque année. À partir de ces données, nous pouvons évaluer une augmentation ou une diminution des orignaux. Le nombre de bêtes destinées à la chasse est évalué à environ douze pour cent chaque année; par conséquent, le nombre de permis de chasse vendus annuellement change chaque fois, sur la base des chiffres de la chasse précédente. Pour mieux gérer les populations d'orignaux dans chaque région du Nouveau-Brunswick, la province est divisée en 25 zones d'aménagement de la faune. Ce système permet au ministère de s'adapter aux changements des populations d'orignaux qui peuvent être observés dans une région de la province. L'outil de gestion principal utilisé par le ministère pour répondre aux changements observés demeure le quota de chasse à l'orignal annuelle.moose crossing in fog ii

Dans certaines zones, les fonctionnaires du ministère croient qu'il n'y a pas assez d'orignaux. Les preuves d'une population pas assez nombreuse se manifestent avec des prises de moins en moins bonnes lors de la chasse, l'âge avancé des bêtes tuées et un nombre de femelles abattues plus important que le nombre de mâles abattus. La réponse du ministère à ces changements peut être de diminuer le nombre de permis de chasse vendus dans les régions touchées ou d'annuler la saison de chasse. Par exemple, les zones 18 et 24 ont été fermées à la chasse de 1990 à 1993, alors que les zones 26 et 27 n'ont jamais eu de saisons de chasse depuis l'instauration du système de zones (5). Le nombre d'orignaux dans ces régions est tout simplement trop petit pour soutenir une chasse à l'orignal.

Dans d'autres zones, les fonctionnaires du ministère croient qu'il y a trop d'orignaux. Lorsque le nombre d'accidents de la route avec un orignal augmente ou lorsque les orignaux sont de plus en plus présents sur les terres agricoles ou parmi le bétail des producteurs, le ministère peut augmenter le nombre de permis de chasse dans une zone spécifique pour mieux gérer la surabondance de l'espèce. Cette année, par exemple, dans huit zones, notamment celle de la Réserve de biosphère de Fundy, le quota de chasse à l'orignal est passé de douze à seize pour cent dans le but de diminuer le nombre d'accidents routiers avec un orignal. Un quota de seize pour cent, selon les prévisions, arrêtera l'augmentation de la population d'orignaux dans ces régions, sans pour autant entraîner un déclin de ces populations.

Les facteurs qui affectent les populations d'orignaux à la Réserve de biosphère de Fundy

La mortalité de l'orignal a plusieurs causes qui sont des facteurs importants de la taille et de la vigueur de la population. Puisque nous ne connaissons pas le nombre exact d'orignaux dans la province, il est difficile de savoir combien d'orignaux sont tués chaque année dans chacune de ces circonstances. La liste qui suit définit les facteurs, selon leur importance, qui contribuent à la mortalité des orignaux.

La chasse : réglementée et non réglementée

La chasse réglementée est la seule source de mortalité de l'orignal qui donne des chiffres précis sur le nombre de bêtes tuées. Chaque année, environ douze pour cent de la population d'orignaux du Nouveau-Brunswick sont destinés à la chasse réglementée (5). À elle seule, cette chasse n'est pas un facteur de moMainlandMoosepoachingWEBrtalité important de l'orignal; cependant, la somme de toutes les bêtes chassées (qui comprend les bêtes tuées par les chasseurs du ministère, les chasseurs autochtones et les braconniers) est probablement le facteur le plus important de mortalité de l'orignal dans la province.

Les interactions avec le cerf de Virginie

Malgré le fait que l'orignal est parfois en compétition avec le cerf de Virginie pour se nourrir, la préoccupation première de l'interaction entre les deux espèces est la transmission du nématode parasite nommé Parelaphostrongylus tenuis (7)deer. Le « ver des méninges », comme on l'appelle, vit sur le cerf de Virginie tout en lui étant inoffensif; lorsqu'il est transmis à l'orignal, il peut cependant causer une variété de symptômes qui peuvent entraîner la mort. Puisque plus de 90 pour cent des cerfs de Virginie sont, selon toute vraisemblance, porteurs du parasite, les risques de transmission à l'orignal dans les régions où il côtoie le cerf de Virginie sont très élevés. Des chercheurs de l'Université du Nouveau-Brunswick tentent de déterminer le pourcentage de mortalité de l'orignal attribuable au parasite dans notre région.

L'ours noir, un prédateurbear at moose carcass

On estime que les bébés orignaux tués par les ours noirs sont un important facteur qui empêche la survivance de jeunes animaux de cette espèce. Selon l'emplacement, de 10 à 80 pour cent des ours noirs se nourrissent du petit de l'orignal. Puisque nous n'avons pas de données précises sur le nombre d'ours noirs dans la province, il est difficile d'évaluer exactement combien de jeunes orignaux sont tués chaque année.

Les collisions entre voitures et orignaux

Malgré tous nos efforts, de 400 à 500 orignaux sont tués chaque année à la suite d'une collision avec un véhicule automobile6. Même si l'installation de clôtures le long de nos autoroutes a vraisemblablement diminué le nombre d'accidents de la route avec des orignaux dans certaines régions, les collisions avec ces animaux demeurent élevées. De plus, seuls les orignaux qui meurent sur la route sont comptabilisés; les moose road sign NBanimaux qui sont frappés et qui se traîneront dans la forêt avant de mourir ne font pas partie des statistiques. Dans certaines régions où les collisions de ce genre sont élevées, les quotas de chasse ont été augmentés dans l'espoir justement de réduire ce genre d'incidents.

La perte et la destruction de l'habitat

Les effets des activités de l'industrie forestière sur la population de l'orignal sont complexes. D'un côté, les coupes à blanc effectuées sur de larges portions de terre ont créé un habitat idéal pour l'orignal à la recherche de fourrage abondant; la régénération de la forêt après les coupes à blanc permet à l'orignal d'avoir accès à ce qu'il aime le plus, soit de vastes quantités de jeunes pousses d'arbres. D'un autre côté, l'orignal a besoin d'un couvert forestier dense pour demeurer au frais en été et pour s'abriter en hiver. La réduction des étendues de forêts mâtures a contribué, Lisson Settlementcroit-on, au déclin de l'orignal sur le territoire de la Nouvelle-Écosse7. Nos pratiques forestières peuvent aussi de façon indirecte affecter les populations d'orignaux en rendant plus fréquent le contact de l'humain avec l'orignal et en augmentant la fréquence des interactions entre l'orignal et le cerf de Virginie. L'ampleur des effets de l'industrie forestière sur les populations d'orignaux est encore peu connue.

Les levés aériens de l'orignal de la biosphère de Fundy

Si la réponse à la plupart des interrogations sur l'orignal vous semble toujours exprimer l'ignorance, vous avez raison. Malgré l'amour que nous éprouvons pour l'orignal, certaines questions fondamentales n'ont toujours pas de réponses. La Réserve de biosphère de Fundy tente à tout le moins d'apporter une réponse à une bonne question : combien d'orignaux habitent la région de la biosphère de Fundy? Puisque les derniers levés aériens ont été effectués par le ministère des Ressources naturelles en 1995, il est grand temps d'obtenir de nouvelles données actuelles.aerial survey moose

En partenariat avec le Collège de technologie forestière des Maritimes (8), le parc national Fundy (9), et grâce au financement du Fonds de Fiducie de la Faune du Nouveau-Brunswick (10), nous avons effectué des levés aériens de la population des orignaux du parc national Fundy et de ses environs. Ces levés sont importants pour plusieurs raisons : ils nous aident à produire des données précises sur la densité des orignaux; ils nous permettent de raffiner le protocole des prochains levés aériens sur les orignaux; et ils permettent de poursuivre la recherche et de communiquer de l'information aux biologistes de demain et aux gestionnaires de la ressource. L'année 2012-2013 sera notre troisième et dernière année de levé aérien de l'orignal; nous avons hâte de survoler la biosphère cet hiver.

Grâce à nos levés aériens, nous estimons que la densité de l'orignal au parc national Fundy est d'environ 0,174 orignal/km2. En prenant en considération le fait que la densité d'une population vigoureuse est d'environ 0,2-0,4 bête/km2, l'estimation précédente peut sembler un peu basse; surtout en raison du fait que les parcs nationaux sont censés fournir protection à la faune et à son habitat. Cela veut-il dire que notre population d'orignal n'est pas vigoureuse? En bref, non! Plusieurs facteurs sont importants dans l'interprétation d'une évaluation de la densité.

Tout d'abord, en raison du fait que les activités forestières sont interdites au parc national Fundy et que les incendies de forêt ont été réprimés depuis plus de soixante ans, la plus grande étendue du parc est une forêt mâture. Un couvert forestier mâture fournit à l'orignal l'essentiel de son habitat en termes de thermorégulation en été et en hiver7; ce couvert forestier ne fournit cependant pas la quantité de jeunes pousses d'arbres nécessaires pour nourrir une population dense d'orignaux. En raison de la proximité du parc à des étendues importantes de terrain coupé à blanc, il est fort probable que l'orignal se serve du parc en tant que refuge : une fois rassasié dans les étendues coupées, l'orignal retourne se réfugier dans le couvert forestier dense et mâture du parc lorsqu'il en a besoin. Au cours d'une journée typique, la densité de l'orignal dans le parc peut être peu élevée, mais l'importance du parc et sa valeur en tant que refuge pour la population d'orignaux de la biosphère de Fundy ne doivent pas être sous-estimées. En fait, l'accès à de vastes étendues de forêts mâtures comme celles du parc national Fundy peut expliquer la différence entre la vigueur de la population d'orignaux de la Nouvelle-Écosse et celle du Nouveau-Brunswick.

L'avenir de l'orignal

L'avenir de l'orignal dans la biosphère de Fundy dépend de l'équilibre entre nos propres intérêts et les besoins biologiques (comme l'habitat) de la population d'orignaux. Si nous décidons collectivement que les orignaux sont importants pour leur valeur d'espèce chassable, en tant que symbole du Nouveau-Brunswick ou simplement parce que nous aimons qu'ils vivent sur notre territoire, alors l'avenir de l'orignal s'annonce brillant. L'intérêt public nourrit les intérêts politiques en ce qui a trait au financement de la recherche et à la préservation de l'habitat. En demeurant informés et en sensibilisant les jeunes générations, nous garantissons un avenir à nos orignaux.

Pour de plus amples renseignements

1. Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario. 2009. Biologie de l'orignal. La gestion de la faune en Ontario. http://www.mnr.gov.on.ca/fr/Business/FW/2ColumnSubPage/STDPROD_090784.html.

2. Parker, G. 2003. Rapport sur l'état de l'orignal (Alces alces americana Clinton) en Nouvelle-Écosse continentale. Rapport préparé pour le ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse, Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada (en anglais seulement).

3. Risenhoover, K.L., Maas, S.A. 1987. The influence of moose on the composition and structure of Ilse Royale forests. Revue canadienne de recherche forestière, 17(5): 357-364.

4. Ministère des Richesses naturelles de l'Ontario. 2009. Lignes directrices pour l'établissement d'objectifs de population de l'orignal (en anglais seulement) http://www.mnr.gov.on.ca/stdprodconsume/groups/lr/@mnr/@fw/documents/document/263993.pdf.

5. Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick. 2011. Rapport sur la récolte de gros gibier 2011. Direction du poisson et de la faune; Ressources naturelles, Fredericton, Nouveau-Brunswick, Canada.

6. Ministère des Transports et de l'Infrastructure du Nouveau-Brunswick. 2011. Pensez orignaux. http://www.gnb.ca/0113/moose/think-moose-f.asp.

7. Ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse. 2007. Plan de rétablissement de l'orignal (Alces alces Americana) en Nouvelle-Écosse continentale (en anglais seulement).

8. Collège de technologie forestière des Maritimes. 2012. www.mcft.ca/fr.

9. Parc national Fundy. 2012. http://www.pc.gc.ca/fra/pn-np/nb/fundy/index.aspx.

10. Fonds de Fiducie de la Faune du Nouveau-Brunswick. http://www.nbwtf.ca/feindex.asp.

Forum pour les municipalités

... lire la suite

Forum de développement pour les municipalités

Aujourd’hui, les municipalités développent de plus en plus de plans verts et des plans de développement durable dans le but de diminuer l’empreinte écologique de leur communauté. D’une part, ceci est causé par les obligations régulatrices puisque beaucoup de financement de développement et d’infrastructures sont liés à ces plans. D’un autre part, il y a de plus en plus de citoyens qui font la demande de plans verts et qui mettent la pression sur les municipalités dans le but d’améliorer leur performance environnementale. Par conséquent, il y a un besoin pour un forum qui permettrait aux municipalités de partager leurs idées, de discuter de nouveaux projets innovateurs et d’apprendre davantage sur l’importance des plans de durabilité, sur le plan local et régional.

Pour ce projet, la RBF utilise les résultats d’une conférence qui a eut lieu récemment, au mois de février 2009, appelé Adaptations et Actions. Cette conférence a identifié le besoin de plans de développement durable pour les municipalités. De plus, cette conférence a souligné le manque d’information sur la durabilité qui est disponible aux municipalités. L’objectif du forum sur le développement durable pour les municipalités est alors de fournir l’opportunité aux municipalités dans la RBF d’apprendre sur la planification de développement durable.

CONCEPT DU PROJETmunicipalities-forum1

Le forum de développement durable pour les municipalités est un événement qui a été réservé pour les gouvernements municipaux et les planeurs communautaires à l’intérieur de la RBF afin d’apprendre sur le sujet de planification intégrée de durabilité communautaire. Chaque municipalité a eut la chance de présenter et de discuter de leurs propres initiatives de développement durable ainsi qu’apprendre des meilleurs pratiques de leurs voisins. Il était souhaité qu’à travers de discussions, de présentations et d’activités coopératives que de nouveaux projets et idées seraient lancés en groupe avec de ressources partagées. Un des résultats principaux de cet exercice était l’établissement d’un consensus entre les municipalités sur l’idée que plus de ressources devaient être disponible ainsi que plus d’information sur comment obtenir des fonds pour des plans de développement durable.

Denny Richard a aussi fait une présentation sur « Fier d’être vert », qui illustrait comment la ville de Bouctouche a fait la conceptualisation d’une série d’initiatives environnementales à l’intérieur de leur communauté. Mr. Richard a parlé de défis, de forces et de faiblesses ainsi que les étapes nécessaires pour la réalisation de ces plans. De plus, il a fait l’explication de quelques initiatives à Bouctouche en plus de la démonstration d’où la ville se dirige en termes de plans de développement durable.

Kuli Malhortra de Antigonish Sustainable Development a aussi fait une présentation sur le processus d’implémentation ainsi que sur le financement lié aux plans de durabilité. Il a eut quelques discussions sur l’importance d’une approche régionale pour ces plans puisque les actions d’une municipalité auront des impacts sur les régions adjacentes.

En bref, la journée était bien un succès. Beaucoup de questions et de préoccupations ont été adressés et ceux qui étaient plus impératifs ont été établit. L’événement a terminé avec une entente générale que la RBF doit fournir plus de ressources aux communautés dans la région de la réserve de biosphère ainsi qu’une méthodologie sur comment posséder des fonds pour les PICD’s et d’autres initiatives de développement durable.

RÉSULTATS DE L'ÉVÉNEMENT

  1. Le partage de connaissances et d’expériences sur de meilleures pratiques.
  2. Fournir aux municipalités l’information sur des plans de développement durable.
  3. Discuter de coopération régional en ce qui concerne les plans de durabilité.

LIEU ET TEMPS DE L'ÉVÉNEMENT

Le Forum de développement durable pour les municipalités a eut lieu le 25 juin 2009 à 9h00 jusqu’à 16h00 à l’Institue de Memramcook, à Memramcook, NB.

COMITÉ DE PLANNIFICATION CONSULTATIF

  • Yves Gagnon, Président du développement durable K.C. Irving, Université de Moncton
  • Andrew Spring, Directeur exécutif, RBF
  • Paul Bogaard, Vice-Président, RBF
  • Yolande LeBlanc, Memramcook
  • Tania Kotyk, Assistante de projets, RBF
  • Heather Hawker, Ville de Moncton

PRÉSIDENT DE L'ÉVÉNEMENT

Paul Boggard, Vice-président, Réserve de biosphère de Fundy

PARTICIPANTS:

Le forum de développement durable pour les municipalités a été réservé aux 14 municipalités dans la RBF, qui seront représentés par le maire (ou par un autre officiel élut) et/ ou par un employé qui est responsable de l’environnement.

municipalities-forum2

Municipalités

  • Ville de Dieppe
  • Ville de Moncton
  • Ville de Riverview
  • Premières Nations Fort Folly
  • Ville de Sackville
  • Ville de Sussex
  • Village de Alma
  • Village de Port Elgiin
  • Village de Dorchester
  • Village de Hillsborough
  • Village de Memramcook
  • Village de Petitcodiac
  • Village de Riverside-Albert
  • Village de Sussex Corner
  • Village de St. Martin
  • Village de Elgin
  • Village de Salisbury

De plus, il y a eut des agences du Nouveau-Brunswick, des agences de développement économique communautaires et autres groupes de parties prenantes qui ont été invités.

Forum pour les ONG

... lire la suite

ARRIÈRE-PLAN DU PROJET

Le mandat de la Réserve de biosphère de Fundy (RBF) est d’améliorer la durabilité communautaire et la capacité de la prise de décision en employant des ressources à travers de l’éducation, la sensibilisation, l’environnement ainsi que la recherche et la surveillance socio-économique. Le but global est en termes de la conservation de l’héritage culturel et des ressources naturelles de la région supérieure de la Baie de Fundy tout en conciliant les changements humain-environnementaux et les questions et préoccupations qui sont liés à celle-ci. Afin d’atteindre ce but et ce mandat, la RBF travail avec une grande variété de parties prenantes dans la région afin de faire la promotion du développement durable et de la conservation de la biodiversité à travers de la sensibilisation et d’activités de communication.

CONCEPT DU PROJET

Les ONG’s jouent un rôle important dans notre région en faisant la promotion de la sensibilisation, en éduquant le publique et en menant la recherche sur une grande variété de questions environnementales, économiques et sociales qui font face à notre communauté. Une grande quantité d’information et de ressources sont faites disponibles par ces organisations à travers divers points de vente comme des rencontres publiques, séminaires, rapports, dépliants et sites web. Ces informations, ressources et connaissances pourraient être utilisé de façon plus efficace à travers de partenariats et de projets collaboratifs entre les organisations non-gouvernementales. Le Forum de développement durables pour les ONG’s est un événement réservé aux ONG’s qui désirent présenter leurs projets et activités aux autres organisations, tout en apprenant des plans des autres. Le but est de partager des connaissances et des idées avec des organisations dans la région de la RBF. À travers de discussions et d’activités mise en œuvre, il est souhaité que les organisations avec des objectifs ou initiatives communs puissent générer des nouvelles idées et lancé des nouveaux projets ensembles, en utilisant des ressources partagées.

RÉSULTATS DE L’ÉVÉNEMENT

  1. L’amélioration du dialogue entre les ONG’s avec un mandat enligné avec les objectifs de la RBF.
  2. Partager des connaissances, des expériences et des pratiques opérationnelles.
  3. Être un catalyseur pour des nouvelles collaborations et synergies pour des projets et idées communs.

Premiers projets

... lire la suite

Premiers projets

Au début de l’année 2008, la RBF a fait la mise en œuvre de plusieurs projets afin de développer la structure interne de l’organisation. Ces projets ont permis de compléter des structures de gouvernances, de redéfinir les processus administratifs, de renforcer les parties prenantes, d'initier des activités de sensibilisation, ainsi que de continuer à faire avancer la communication et les stratégies de collecte de fonds pour l’organisation de la RBF. Une des initiatives clé était de créer un site web qui améliorerait la portée et la capacité de sensibilisation de la RBF. La RBF est dédiée a maintenir et à perfectionner le site Internet puisqu’il a été déterminé qu'il s'agit d’un outil clé pour l'organisation.

projets-anterieursLa Réserve de biosphère de Fundy a également pu envoyer un représentant à la rencontre de l’Association des Réserves de biosphères canadiennes à Tofino, CB au mois de juin 2008. Étant un nouveau membre de l’ARBC, la RBF a pu en apprendre sur les expériences et les projets des autres Réserves de biosphère en plus de pouvoir appliquer ces connaissances dans notre région. Cette rencontre était alors un événement essentiel pour le renforcement des capacités de la RBF.

De plus, en 2008, en employant un directeur exécutif à temps-partiel, la RBF a été en mesure de planifier et d’organiser des événements de la RBF, ainsi que de maintenir la communication avec une variété de collaborateurs, tels que les média et autres points de contact de la RBF. La RBF a aussi été capable de tenir une Conférence sur le tourisme durable, ainsi que d'effectuer la planification du Forum de développement durable pour les municipalités et le Forum de développement durable pour les ONG.